Lille

Industrie

Doublet : Le leader du drapeau s'offre son double allemand

Par la rédaction, le 04 mai 2012

Textile Basé à Avelin, le groupe Doublet vient de racheter l'usine BoFa, à Bonn dont la production est complémentaire. Doublet devient ainsi le leader européen.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L'information a fait les gros titres de la presse allemande, avant ceux des médias français. À Avelin, le drapeau allemand flotte désormais sur la pyramide qui abrite le siège de Doublet. Il y a de quoi pavoiser! Le nordiste réputé pour ses drapeaux et autres produits événementiels, vient de racheter son concurrent Bonner Fahnenfabrik (BoFa), numéro trois du marché allemand qui était en redressement judiciaire. Avec 55 salariés repris (sur 80) et son chiffre d'affaires de quelque sept millions, BoFa fait passer Doublet à près de 50 millions d'euros, nouveau leader européen.

Complémentarité

Cinq mois après la mise en place d'une requête d'insolvabilité et à l'issue de pourparlers franco-allemands - le sujet est sensible en ce moment-, l'usine allemande de drapeaux a trouvé une issue positive avec Doublet, qui apporte à sa nouvelle filiale «une gamme de services et de produits complémentaires, ainsi que de nouveaux moyens pour moderniser les outils de production». La position du Nordiste, qui pérennise l'outil outre-Rhin, a séduit. «Je me réjouis beaucoup que nous permettions ce redémarrage de BoFa et de conserver plus de 80% des emplois (Ndlr, 13salariés sont placés dans une société de transfert, sorte de cellule de reclassement)», confie la gérante Ingrid Trompertz dans un communiqué allemand. Fondé en 1866 par Josef Meyer, le fabricant de drapeaux de Bonn était la propriété de la même famille depuis cinq générations. Acteur majeur dans son domaine en Allemagne et en Europe, il compte des clients réputés comme Volkswagen, Bosch, Takko, Paulaner ou Miele. Ses similitudes avec Doublet, familial lui aussi depuis 1832 et présent dans sept pays, ont fait aussi la différence. « Nous cherchions à être présents en Allemagne où nous avions ouvert une filiale en 2008, qui réalise moins d'un million d'euros. Ce "made in Germany" est pour nous une porte d'entrée vers la Suisse, l'Autriche et le Nord de l'Europe. C'est un gros challenge », se réjouit Gaëlle Colaert-Doublet, qui dirige le groupe avec sa soeur Agathe et leur frère Jean-Bernard. Leur père, Luc Doublet (P-dg de 1975 à 2008) préside le conseil de surveillance.

Relocalisation et export

Comme Doublet, BoFa produit des drapeaux d'extérieur et d'intérieur, mais aussi des supports publicitaires textiles. Pourtant, les deux entreprises sont bien complémentaires. Si Doublet s'est offert cette pépite, victime d'une monogamme et d'un fort besoin en fonds de roulement, c'est pour son savoir-faire et ses outils traditionnels d'impression en sérigraphie à plat pour les grandes séries que Doublet externalisait jusqu'à présent, notamment en Chine. Il va ainsi pouvoir relocaliser en Europe une part de sa production. « La palette de produits de Doublet complétera d'une façon excellente celle de BoFa », note Lisa Pia, jusqu'à maintenant responsable marketing et distribution de Doublet en Allemagne, où Jean-Bernard Doublet vient d'emménager pour prendre les commandes de cette nouvelle entité maison. BoFa fera passer la part d'export du groupe de 42 à 52%. Doublet a désormais le regard tourné vers le Brésil, organisateur des JO 2016. D'ici là, 12 000 drapeaux Doublet flotteront sur Londres cet été: un contrat à 450K€. Doublet vient d'en décrocher un autre du double pour une salle de Châlon-en-Champagne avec une tribune téléscopique inédite par sa taille : 2 200 places, 8,5 m de haut.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail