Nord

Industrie

Dickson Constant démarre la production sur son site d'Hordain

Par Jeanne Magnien, le 16 juin 2021

Le spécialiste des tissus techniques Dickson Constant a déjà commencé à produire au sein de son usine d’Hordain, encore en travaux. Des recrutements sont en cours pour accélérer le mouvement.

Dans sa nouvelle usine d’Hordain, encore en travaux, Dickson Constant a déjà lancé une partie de sa production de toiles techniques.
Dans sa nouvelle usine d’Hordain, encore en travaux, Dickson Constant a déjà lancé une partie de sa production de toiles techniques. — Photo : Jeanne Magnien

C’est une affaire menée tambour battant. Six mois à peine après avoir choisi d’implanter une deuxième usine à Hordain, Dickson Constant (100 M€ de CA, 350 salariés) y fait déjà tourner une partie de ses machines. Sur le site, le claquement des métiers à tisser répond au ronronnement des engins de chantier, qui s’activent pour réaménager une large partie de l’usine. C’est que le temps a, depuis le départ, été un élément clé du projet, qui représente un investissement de 40 millions d’euros pour le spécialiste du textile technique pour l’habitat (stores, ameublement, revêtements, etc.), filiale du groupe américain Glen Raven.

La pandémie, un accélérateur

"Notre site historique de Wasquehal est arrivé à saturation, dans un contexte de très forte hausse de la demande, liée aux confinements. Mais également, d’une pénurie de matière première qui demande au groupe une réorganisation de ses flux entre ses différents sites de production, au niveau mondial. 85 % de la production d’Hordain sera destinée à l’export, ce qui n’était pas forcément dans les plans de départ. En somme, nous avons besoin d’aller vite. C’est d’ailleurs l’argument du temps qui l’avait emporté pour le choix de ce site, une ancienne usine, qui nous a fait gagner 18 mois par rapport à une construction", rappelle Eugène Deleplanque, le PDG de Dickson Constant.

Début juin, quelques métiers à tisser, issus de l’usine de Wasquehal, sont arrivés sur le site d’Hordain. Assortis d’un ourdisseur, ils ont permis de lancer une petite partie de la production, en attendant d’être remplacés par des modèles plus récents, qui seront livrés à l’automne. Le site accueillera les lignes dédiées au mobilier de jardin, à l'ameublement et aux revêtements de sol. À terme, l’usine comptera entre 80 et 90 métiers à tisser, cinq ourdisseurs, ainsi qu’une rame de traitement pour le lavage et le trempage des tissus. Autant d’équipements qui devraient tourner à plein régime d’ici la fin de l’année… à condition que les recrutements suivent.

Des tensions sur le recrutement

Pour le moment, la question des effectifs demeure en effet le point d’inquiétude pour Dickson Constant, qui va avoir besoin de plus de monde, plus vite que prévu.

"Nous avons l’habitude de nous montrer prudents dans nos annonces, pour tenir nos engagements. Mais nous avons clairement été un peu trop prudents en ce qui concerne les recrutements sur le site d’Hordain ! Nous avions annoncé 25 personnes la première année, 25 la suivante, etc., pour arriver à 150 recrutements en cinq ans. Nous avons déjà embauché 34 personnes sur le site, et nous aurons besoin de 100 personnes d’ici la fin de l’année. Mais il y a une vraie tension sur les profils, notamment de techniciens en maintenance et en tissage, qui manquent à l’appel dans la région. Or, sans techniciens, il n’y a pas d’usine !", alerte Eugène Deleplanque.

Accompagné par Pôle Emploi, le groupe mène une campagne de recrutement ambitieuse localement, et forme en interne ses nouvelles recrues, dont 80 % sont en reconversion professionnelle. Souvent, des anciens intérimaires, habitués à tourner entre les différents sites automobiles du Valenciennois, qui trouvent là l’occasion de signer un CDI, et de se former à un nouveau métier.

Dans sa nouvelle usine d’Hordain, encore en travaux, Dickson Constant a déjà lancé une partie de sa production de toiles techniques.
Dans sa nouvelle usine d’Hordain, encore en travaux, Dickson Constant a déjà lancé une partie de sa production de toiles techniques. — Photo : Jeanne Magnien

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail