Nord

Industrie

Dagoma lève 1 million d'euros pour conquérir le marché des professionnels

Par Elodie Soury-Lavergne, le 04 juin 2021

Le fabricant d'imprimantes 3D Dagoma lève 1 million d'euros, clôturant ainsi sa reprise par l'un de ses fondateurs, Matthieu Régnier, aux côtés d'un nouvel associé, Mathieu Besème. Cette opération lui donne les moyens de se lancer, dès cette année, sur le marché des professionnels.

Matthieu Régnier (à gauche) et Mathieu Besème, respectivement président et directeur général de Dagoma.
Matthieu Régnier (à gauche) et Mathieu Besème, respectivement président et directeur général de Dagoma. — Photo : Dagoma

Basé à Roubaix (Nord), Dagoma vient de lever 1 million d’euros, auprès d’investisseurs privés. Avec cette opération financière, le fabricant d’imprimantes 3D, positionné historiquement sur le marché des particuliers, se donne les moyens d’aller conquérir un public de professionnels.

Une reprise en bonne voie

Née en 2014 à Roubaix, Dagoma a connu à ses débuts un succès fulgurant, suivi d’une descente aux enfers liée à des déboires avec un actionnaire. Placée en redressement judiciaire début 2020, l’entreprise a été reprise en décembre 2020 par l’un de ses dirigeants fondateurs, Matthieu Régnier, aux côtés d’un nouvel associé, Mathieu Besème, qui occupe le poste de directeur général.

Avec cette levée de fonds, Dagoma clôture la reprise de l’entreprise et ouvre une nouvelle page de son histoire. Prudents, les dirigeants misaient sur un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros pour l’année 2021, soit l’équivalent de celui réalisé en 2020. L’aventure redémarre toutefois mieux que prévu : "La société a réussi à dépasser de 20 % les objectifs qu’elle s’était fixés sur le premier trimestre 2021", se réjouissent-ils. L’entreprise compte 20 collaborateurs et pourrait atteindre d’ici deux ou trois ans un chiffre d’affaires de 5 à 6 millions d’euros.

60 à 70 % du CA réalisé avec les professionnels

Les imprimantes proposées aux professionnels s’inscriront dans une gamme de prix allant de 5 000 à 10 000 euros. À terme, Dagoma espère réaliser "60 à 70 % de son chiffre d’affaires avec une clientèle de professionnels", indique le directeur général. Ces nouvelles machines seront proposées à la vente d’ici la fin de l’année. "Il s’agit donc pour Dagoma de mettre à disposition des industriels l’expérience engrangée depuis plus de 6 ans, tant sur nos produits que dans les réalisations que nous avons développées", commente de son côté Matthieu Régnier.

La jeune entreprise, qui imprime 50 % de ses produits à partir de ses propres imprimantes 3D, compte se différencier sur son marché par la qualité et les services. "Nous allons proposer une offre de service et d’accompagnement, qui va s’articuler autour d’une nouvelle imprimante 3D développée et conçue par et pour des professionnels de la production", ajoute Matthieu Régnier.

Matthieu Régnier (à gauche) et Mathieu Besème, respectivement président et directeur général de Dagoma.
Matthieu Régnier (à gauche) et Mathieu Besème, respectivement président et directeur général de Dagoma. — Photo : Dagoma

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail