Hauts-de-France

Finance

Coronavirus : Lille Place Financière publie un manifeste pour une solidarité inter-entreprises

Par Elodie Soury-Lavergne, le 10 avril 2020

Face au coronavirus Covid-19, le réseau d'acteurs financiers Lille Place Financière lance un manifeste pour appeler les entreprises des Hauts-de-France à payer leurs fournisseurs en temps et en heure. L'objectif est à la fois de préserver l'économie régionale et d'anticiper son redémarrage.

Grégory Sanson, président de Lille Place Financière et directeur financier du groupe Bonduelle.
Grégory Sanson, président de Lille Place Financière et directeur financier du groupe Bonduelle. — Photo : Bonduelle

Le réseau Lille Place Financière a publié fin mars, sur son site Internet, un manifeste pour une solidarité inter-entreprises face au coronavirus Covid-19. « La solution à la crise ne viendra pas que de l’État, mais des entreprises elles-mêmes », prévient Grégory Sanson, président de ce réseau qui regroupe les acteurs financiers régionaux. Lille Place financière appelle donc les entreprises des Hauts-de-France, par l’intermédiaire de leur dirigeant ou de leur directeur financier, à contribuer à la préservation du tissu économique régional par un maintien du crédit inter-entreprises. Les entreprises et institutions sont invitées à adhérer en ligne à ce manifeste.

Éviter des difficultés en cascade

Dans les Hauts-de-France, le crédit inter-entreprises représente 50 à 70 milliards d’euros, contre 700 milliards à l’échelle française. « C’est cinq à sept fois les crédits court terme accordés par les banques. C’est ce crédit inter-entreprises qui finance réellement l’économie, plus que les banques », souligne Grégory Sanson, par ailleurs directeur financier du groupe Bonduelle. Le risque, dans le contexte actuel, c’est que ce crédit vienne à se gripper et engendre des difficultés en cascade. « La particularité de cette crise, c’est que l’on a connu en quelques jours, voire quelques semaines, l’équivalent de ce qui s’est passé sur quelques mois durant la crise de 2008. Et cela affecte surtout les entreprises de services, qui sont fragiles, avec des niveaux de trésorerie souvent limités », commente-t-il.

Anticiper le redémarrage de l’économie

Il est donc capital qu’au cours de cette période, les entreprises continuent à payer leurs fournisseurs, à bonne date. Certaines ont pu ralentir ce processus « par excès de prudence », ou même en raison de « problèmes logistiques », comme des locaux inaccessibles et des processus de paiement non digitalisés. « Ceux qui ne suivent pas les règles du jeu seront mis en exergue », prévient Grégory Sanson. Le manifeste invite également les ETI et grands groupes à être à l’écoute de leur écosystème et de ne pas hésiter à payer à l’avance les fournisseurs qui en auraient besoin. « C’est un garde-fou mais certaines entreprises seront tout de même en difficulté. Ce code de bonne conduite permet en tout cas d’anticiper au mieux le redémarrage de l’économie », conclut Grégory Sanson.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition