Nord

Industrie

Comrod se taille une place sur le marché militaire

Par Marie Boullenger, le 08 janvier 2020

Spécialisée dans la production de mâts et d'antennes destinés au marché de la défense, la société amandinoise Comrod (67 salariés, 19 M€ de CA) a réorienté sa production historique de cannes à pêche dans les années 2000.

Comrod produit des mâts et des antennes militaires à destination de l'ensemble des armées qui forment l'OTAN.
Comrod produit des mâts et des antennes militaires à destination de l'ensemble des armées qui forment l'OTAN. — Photo : Comrod

Depuis son usine installée le long de la Scarpe à Saint-Amand-les-Eaux (Nord), l’entreprise Comrod produit des mâts et des antennes à destination du marché militaire. L’entreprise amandinoise qui emploie 67 collaborateurs, connaît une activité intense. En passant de 12 M€ de CA en 2017 à 19 M€ de CA en 2018, Comrod affiche une croissance de 60 % qui s’explique en partie par l’ouverture d’une filiale à Cleveland aux États-Unis. « Les États-Unis représentent la moitié du marché mondial de produits à forte valeur ajoutée destinés à la défense », souligne Eric Van Renterghem, directeur depuis 2014. La présence de Comrod sur le marché indien depuis 4 ans a également permis de booster sa croissance. « Nous suivons une politique forte de vente à l’exportation. Notre activité sur des marchés en très forte croissance comme l’Inde nous fait toujours grandir davantage ». Aujourd’hui, la société nordiste, filiale du groupe norvégien Comrod Communication (250 collaborateurs, 50 M€ de CA en 2018) réalise 60 % de son activité à l’international. Si le CA prévisionnel n’a pas été communiqué, la direction assure toutefois une croissance stable en 2019.

Reconversion atypique

Implantée depuis 1964 à Saint-Amand-les-Eaux, l’entreprise était à l’origine spécialisée dans la fabrication de cannes à pêches. Une activité qui a fait les belles années de l’entreprise : jusqu’à 700 salariés produisaient environ 2 millions de cannes à pêches par an. Mais le marché s’est écroulé au début des années 70. « L’entreprise a survécu en lançant un grand plan de reconversion et en cherchant à diversifier sa production », note le dirigeant actuel. C’est dans le domaine du sport qu’elle a trouvé un nouveau souffle avec la fabrication de perches pour le saut en hauteur, de barres à saut et autres mâts à planche et cela jusqu’au début des années 2000. « Puis l’entreprise s’est recentrée sur des produits à forte valeur ajoutée en se positionnant uniquement sur les mâts et les antennes ». Pari réussi pour Comrod qui est devenu un acteur incontournable sur le marché mondial de la défense. « Nous travaillons avec toutes les armées de l’OTAN notamment l’armée américaine depuis peu mais aussi les armées alliées comme l’Inde par exemple », précise la direction.

La lutte anti-drones en plein essor

Si les mâts, allant jusqu’à 30 mètres de haut, et les antennes représentent quasiment la totalité de la production, Comrod s’est lancé récemment dans la conception de positionneurs électriques permettant de faire pivoter les antennes installées sur les toits des véhicules militaires blindés. « Nous devons toujours innover et l’enjeu actuel est d’intégrer de plus en plus de technologies dans nos produits. La concurrence est rude sur le marché mondial et nous devons conforter notre leadership sur le marché français », indique le dirigeant. Face à l’essor de la technologie sur le marché militaire notamment utilisée pour la lutte anti-drones, Comrod a dû adapter sa production. « Nous avons conçu des mâts extrêmement rigides et résistants capables de supporter des caméras, des radars et surtout des systèmes de luttes anti-drone avec des antennes qui, à l’aide de laser, les détruisent. C’est un nouveau marché sur lequel nous avons réalisé une grande partie de notre croissance ces dernières années ». L’entreprise amandinoise s’appuie sur une équipe de 10 ingénieurs en R & D dédiée à la conception de produits innovants.

Ouverture au ferroviaire, à l’aérospatial

À partir de la conception de tubes en composite et de ses nombreux procédés comme l’usinage aluminium, l’assemblage mécanique/électronique ou encore le collage et la peinture, la société nordiste se diversifie et s’ouvre désormais à l’aérospatial, à l’agriculture et au ferroviaire, domaine sur lequel Comrod intervient en fabriquant des isolateurs installés sur les toits des trains. On retrouve dans son portefeuille clients Thalès, Airbus ou encore Alstom. Une diversification qui porte ses fruits puisque cette activité secondaire représente 15 % du CA. Début 2019, Comrod a investi 2 M€ dans de nouvelles machines. Une opération suivie quelques mois plus tard de l’acquisition de « robots collaboratifs ». Grâce à ces engins innovants, l’entreprise a réduit ses coûts de production et augmenté sa capacité de production sans supprimer de postes. « Nous avons gagné de nouveaux marchés ce qui nous a amenés à renforcer nos effectifs de 10 % ». Bientôt à l’étroit dans 15 000 m², Comrod envisage déjà d’agrandir son usine. Cela tombe bien, elle est implantée sur un site de 12 hectares…

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail