Hauts-de-France

Industrie

Cinq sous-traitants automobiles des Hauts-de-France soutenus par l’État dans leur diversification

Par Jeanne Magnien, le 23 septembre 2022

Un premier train de subventions publiques a été annoncé le 23 septembre pour accompagner les sous-traitants de l’industrie automobile, dont l’activité est affectée par la transition vers le véhicule électrique. Cinq entreprises des Hauts-de-France vont en bénéficier.

Le virage vers l’électrique pris par les grands constructeurs automobiles impacte l’ensemble de la chaîne de fabrication des véhicules.
Le virage vers l’électrique pris par les grands constructeurs automobiles impacte l’ensemble de la chaîne de fabrication des véhicules. — Photo : TMMF

Cinq entreprises des Hauts-de-France sont lauréates de l’appel à projets "Soutien aux projets de diversification des sous-traitants de la filière automobile", lancé par l’État dans le cadre de France 2030. Ces sous-traitants de l’industrie automobile doivent s’adapter pour suivre l’évolution de leurs principaux clients vers le véhicule électrique. Pour cette première vague de subventions, l’État a retenu, au niveau national, 46 projets, pour un total de 45 millions d’euros de subventions. Par effet levier, 181 millions d’euros d’investissement devraient être débloqués, annonce un communiqué.

7,2 millions d’euros dans la région

Dans les Hauts-de-France, les cinq premiers lauréats se répartissent un peu moins de 7,2 millions d’euros. Grâce à cette aide, Wevista (Roubaix/Nord) va adapter les tubes métalliques qu’elle fabrique pour le transport des fluides dans les moteurs thermiques, à des fonctions de refroidissement dans les moteurs électriques ou hydrogène.

Créatique Technologies (Billy-Berclau/Pas-de-Calais), qui fabrique des connecteurs électriques, va lui aussi, adapter son savoir-faire pour le branchement des cellules dans les véhicules électriques.

Favi (Hallencourt/Somme), spécialiste des pièces métalliques injectées en aluminium, laiton et cuivre, va faire évoluer son portefeuille clients vers la mobilité verte et l’électrification des véhicules, mais aussi, l’industrie du luxe.

Le Critt M2A (Bruay-la-Buissière/Pas-de-Calais) va développer une plateforme de test et d’homologation pour les batteries.

Enfin, virage encore plus radical peut-être, Agla Form (Auxi-le-Château/Pas-de-Calais), qui fabrique des poulies pour les groupes motopropulseurs, va implanter sur son site une ligne d’assemblage de vélos.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition