Investissement

Castelain : La brasserie de la Ch'ti monte en gamme

Par Élodie Soury-Lavergne, le 13 avril 2016

Installée à Bénifontaine, la Brasserie Castelain s'apprête à franchir, pour ses 90 ans, le cap des 10 M€ de chiffre d'affaires. Pour y parvenir, 2,5 M€ sont investis en 2015 et 2016.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Spécialisée dans les bières de garde (la Ch'ti et la Jade), la brasserie familiale Castelain fête cette année ses 90 ans tout en poursuivant sa croissance. L'entreprise affichait en 2015 un rythme de croissance de 20 %, qui devrait se maintenir en 2016 selon sa dirigeante, Annick Castelain. La brasserie passera ainsi le cap symbolique des 10 millions d'euros de chiffre d'affaires.

40 % de croissance des ventes pour la Ch'ti Blonde 75 cl
Si la brasserie Castelain bénéficie du dynamisme à l'oeuvre sur le marché de la bière, « qui progresse de 2 % en 2015 » selon la dirigeante, ce n'est pas l'unique raison de son développement. Elle profite également de l'engouement pour les bières de garde, dont les ventes en grande distribution augmentent « de 12 % en moyenne en 2015 », indique Annick Castelain. Elle ajoute, à titre de comparaison : « La Ch'ti Blonde 75 cl a enregistré quant à elle une croissance de 40 % de ses ventes l'année dernière. Cela montre que nous sommes performants dans notre secteur ». Enfin, cette croissance s'explique selon la dirigeante par le fait que pour les acheteurs : « La marge est meilleure sur des produits d'artisans comme les nôtres plutôt que sur ceux de grandes marques ».


2,5 millions investis en deux ans
Face à ce développement, « nous sommes obligés de réinvestir dans des cuves et des fermenteurs », déclare la dirigeante. Un plan d'investissement qui s'élève à 2,5 millions d'euros sur la période 2015/2016. « Une petite partie est réalisée en autofinancement et le reste en emprunt bancaire puisque les taux sont particulièrement faibles », indique la dirigeante. Dans ce contexte, la brasserie poursuit également ses recrutements avec : un brasseur, une personne pour du conditionnement, un cariste et des commerciaux en région parisienne et dans l'Est. L'entreprise devrait ainsi atteindre les 25 salariés d'ici la fin de l'année. En 2015, la brasserie affichait un volume de production de 66.000 hectolitres, « un volume qui pourrait atteindre les 100.000 hectolitres ces prochaines années », souligne Annick Castelain.


Lancement de nouvelles marques 
L'objectif de la dirigeante n'est toutefois pas de croître absolument en volume, « mais de garder notre marge en allant vers des produits premium ». C'est dans cet état d'esprit que la brasserie lance, sur la première quinzaine d'avril, deux nouvelles marques de bière, faisant apparaître pour la première fois son nom avec " La Castelain Grand Cru " (une bière forte en alcool, avec 8,5 degrés) et " La Castelain Fleur de Houblon " (une bière IPA, c'est-à-dire à forte teneur en houblon). 

Avec ces deux produits positionnés haut de gamme, et vendus en bouteille de 75 cl, aux alentours de 4,20 €, la brasserie suit la tendance du marché de la bière, qui emprunte quelques allures à celui du vin. « Le marché de la bière monte en termes de diversité et de qualité. Il y a une culture qui se développe avec des gens qui connaissent les bières, leurs ingrédients, la fabrication, etc., et qui ont envie d'avoir une cave », affirme Annick Castelain. Elle ajoute en souriant : « La bière devient un produit de dégustation. Il est possible aujourd'hui d'associer une bière avec un fromage alors que si on avait proposé ça il y a encore douze ans, on nous aurait pris pour des hallucinés ! Cela fait du bien de voir que le produit pour lequel on se bat depuis plusieurs années est reconnu ».

12 % de l'activité à l'export
Reconnue, la brasserie Castelain ne l'est pas uniquement sur le marché français. Celle-ci réalise en effet près de 12 % de ses ventes à l'export avec des pays comme la Chine, les États-Unis, l'Argentine, l'Italie, etc., et même, la Belgique : « Nous en sommes fiers, car exporter de la bière en Belgique, c'est comme vendre du vin à un Bordelais », rit la dirigeante. D'ici à cinq ans, le chiffre d'affaires réalisé à l'étranger pourrait atteindre les 20 %. Pour le reste, 55 % de la production est dédiée au marché de la grande distribution en France, et 35 % aux CHR et cavistes. « Nous continuons à bien nous développer sur la France », note Annick Castelain. Celle-ci se réjouit notamment du succès rencontré par sa bière bio, la Jade, lancée en 1986 : « Nous étions tellement précurseurs dans ce domaine qu'à l'époque, nous n'en avons quasiment pas vendues ! », s'amuse la dirigeante. Une tendance qui s'est inversée puisque la Jade possède aujourd'hui 48 % des parts de marchés en GMS et réseaux bio. Enfin, Annick Castelain prépare également la passation de la direction à son neveu, Nicolas Castelain, « qui est dans l'entreprise depuis 7 à 8 ans », précise la dirigeante. Un changement qui devrait avoir lieu dans trois ans.

A propos de Castelain (Bénifontaine) Dirigeante : Annick Castelain / CA 2015 : 9 millions d'euros / 20 salariés www.chti.com

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail