Lille

Agroalimentaire

Bonduelle présente des résultats semestriels stables

Par Jeanne Magnien, le 26 février 2021

Malgré la crise qui a considérablement perturbé les habitudes de consommation et les canaux de distribution, le groupe Bonduelle communique des résultats stables pour le premier semestre 2020-2021.

Bonduelle fait face à la baisse des ventes auprès de la restauration et du "food service".
Bonduelle fait face à la baisse des ventes auprès de la restauration et du "food service". — Photo : Nicolas Blandin

Après des résultats 2019-2020 marqués à la baisse par la crise sanitaire, le groupe Bonduelle affiche une certaine stabilité pour le premier semestre de son exercice 2020-2021, qui sera clôturé en juin. Des résultats qui masquent de nombreux bouleversements dans l’organisation du groupe, obligé de s’adapter à un contexte très mouvant.

Une rentabilité en hausse sur la période

Ainsi, le chiffre d’affaires du groupe s’inscrit à 1,442 milliard d'euros pour cette première moitié d’exercice, en baisse de 0,1 % par rapport à la même période l’année précédente, mais avec un résultat net consolidé à 31,9 M€, en hausse de 8,3 %. Des résultats encourageants, surtout comparé à la période précédente, qui avait vu la rentabilité du groupe chuter de 25 %. Le résultat net était alors tombé à 54,6 millions d’euros. Les six premiers mois de l’exercice étant traditionnellement les meilleurs pour le groupe, les résultats de Bonduelle devraient rester dans les mêmes eaux en 2020-2021, avec un chiffre d’affaires prévu entre 2,855 Md€ et 2,910 Md€ (pour 2,85 Md€ en 2019-2020), et une marge maintenue autour de 3,8 %.

"Nous restons tout de même très prudents dans nos perspectives, puisque nous sommes très tributaires des évolutions du contexte sanitaire", pointe Guillaume Debrosse, le DG de Bonduelle. Depuis le printemps dernier, le groupe a déjà dû s’adapter aux évolutions d’un marché devenu imprévisible.

Baisse de la demande en restauration, ruée sur les conserves

La forte baisse d’activité du secteur de la restauration et du "food service", fait saillant du précédent exercice, se fait toujours sentir. Bonduelle a vu ses résultats sur le frais comme sur les surgelés et la conserve fortement affectés par la baisse de la demande de ses clients professionnels, en Europe et aux États-Unis. Par exemple, en Europe, les ventes de conserves à la restauration ont chuté de 21,7 %, et de 27,2 % pour les surgelés. Sur la partie produits frais, les activités "traiteur" du groupe chutent également de 40 % sur la période.

Ces évolutions ne sont compensées qu’en partie par l’augmentation de la consommation par les ménages. Observée lors de chaque confinement, la ruée sur les produits à longue conservation, comme les légumes en conserve ou surgelés, dope les ventes de Bonduelle dans la grande distribution. En Europe, la consommation des conserves a ainsi augmenté de 3,9 %, et les surgelés, de 20,3 %. En revanche, le marché américain a fait preuve d’une grande appétence pour les produits frais du groupe, et notamment, son offre de "salad kits", à préparer à la maison, qui ont connu une hausse des ventes de 29,8 %. Le groupe français reste également leader outre-Atlantique sur le marché des "bowls", des salades vendues en grande distribution, dont il détient 56 % des parts de marché. Autre fait notable aux États-Unis, Bonduelle a signé un partenariat avec le géant de la distribution Walmart, qui s’appuie sur la puissance du groupe français pour assurer son approvisionnement en conserves et surgelés, en MDD. En cours de déploiement, ce partenariat devrait à terme renforcer les résultats de la branche américaine de Bonduelle.

Redistribution des cartes

Toutes zones et tous marchés confondus, la conserve reste la grande gagnante de la période pour Bonduelle. Sa part dans le chiffre d’affaires du groupe a fait un bond inédit de 11 %, pour s’établir à 41 %. Malgré une légère baisse de 1,1 %, le frais reste le deuxième secteur phare de Bonduelle, qui en tire 36 % de son chiffre d’affaires. Le surgelé, en hausse de 1,3 %, représente 23 % du chiffre du groupe. Aujourd’hui, Bonduelle réalise 78 % de son chiffre en retail, contre 74 % avant la pandémie, et 16 % sur la partie Food service, contre 20 % auparavant.

Renforcer les liens avec les producteurs

Enfin, Bonduelle renforce ses liens avec ses filières françaises d’approvisionnement. En février dernier, le groupe a notamment repris les actifs de la Coopérative France Champignon, un producteur et transformateur de champignons du Val de Loire, comptant 250 salariés. Une façon pour le groupe de pérenniser une filière française de qualité. En outre, Bonduelle s’apprête à ouvrir son capital à ses quelque 1 200 agriculteurs partenaires français. Une augmentation de capital, de 500 000 à 8 millions d’euros, est en cours de préparation. Les partenaires qui le souhaitent pourront acheter des parts, pour une durée minimale de deux ans.

Bonduelle fait face à la baisse des ventes auprès de la restauration et du "food service".
Bonduelle fait face à la baisse des ventes auprès de la restauration et du "food service". — Photo : Nicolas Blandin

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail