Nord

Loisirs

Vidéo [BFM/Le JDE] Cyril Parenna (Hall U Need) : "Nous voulons créer une marque nationale de loisirs indoor"

Par Elodie Soury-Lavergne, le 30 juin 2021

Cyril Parenna, fondateur et dirigeant du complexe de divertissements Hall U Need, à Saint-André-lez-Lille (Nord), répond aux questions de Marie Dufour (BFM Grand Lille / Grand Littoral) et d'Elodie Soury-Lavergne (Le Journal des Entreprises, édition Hauts-de-France) dans l'émission "Hauts-de-France Business" du 29 juin 2021.

Cyril Parenna, fondateur et dirigeant du complexe de divertissements lillois Hall U Need, était l'invité du magazine économique Hauts-de-France Business, sur BFM Grand Lille / Grand Littoral, le 29 juin 2021.
Cyril Parenna, fondateur et dirigeant du complexe de divertissements lillois Hall U Need, était l'invité du magazine économique Hauts-de-France Business, sur BFM Grand Lille / Grand Littoral, le 29 juin 2021. — Photo : Capture d'écran BFM Grand Lille / Grand Littoral

À Saint-André-lez-Lille (Nord), le complexe de divertissements Hall U Need tourne à plein régime depuis son ouverture, le 9 juin, sur le site des Halls de la Filature. Du moins, autant que les jauges en vigueur le lui ont permis, pour ces trois premières semaines d’exploitation. "Nous avons beaucoup de monde : par exemple, plus de 500 personnes, à instant T, le week-end dernier. On n’avait pas prévu tant de clients à la fois et c’est compliqué car nous peinons à recruter", souligne Cyril Parenna, son fondateur et dirigeant, en pleine période de rodage.

4,2 millions d’euros investis

Fruit d’un investissement de 4,2 millions d’euros, Hall U Need s’étend sur 7 000 m². Ce complexe mêle un espace de restauration (qui représentera, à terme, 60 à 70 % du chiffre d’affaires) à des loisirs intérieurs (bowling, réalité virtuelle, jeux d’arcade, karaoké, etc.). Grâce à la levée des jauges, le 30 juin, Hall U Need va poursuivre son démarrage avec une capacité d’accueil portée à 1 600 personnes, particuliers comme entreprises.

Cyril Parenna vise un chiffre d’affaires de 5 à 6 millions d’euros pour cette première année de fonctionnement. "En trois semaines, nous avons déjà réalisé 250 000 euros, uniquement pour la partie restauration", constate-t-il. Soutenu par le fonds Nord Capital Partenaires et Bpifrance, Cyril Parenna ambitionne de dupliquer ce concept ailleurs en France. "Il n’existe pas encore de marques nationales sur le concept de loisirs indoor", conclut-il.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail