Lille

Services

Innovation

Avec Nestor, les entreprises protègent les données de leurs clients

Par Jeanne Magnien, le 21 septembre 2023

La start-up lilloise Nestor développe des solutions pour aider les entreprises à mieux collecter et gérer les données sensibles de leurs clients. Grâce à l’intelligence artificielle, la mise en conformité avec la législation est automatique, et préserve de bien des mauvaises surprises.

Maxime Roussel et Antonia Bova, fondateurs de Paprwork et de Nestor.
Maxime Roussel et Antonia Bova, fondateurs de Paprwork et de Nestor. — Photo : DR

Lancée au début 2023, la start-up Nestor est une spin-off de Paprwork (une dizaine de salariés, CA : NC), créée en 2019 par Antonia Bova et Maxime Roussel. Les deux entrepreneurs lillois, respectivement notaire et avocat dans leur précédente carrière, s’intéressent de près à la façon dont les entreprises collectent puis exploitent les données personnelles de leurs clients, pour constater qu’elles le font souvent très mal.

Paprwork met ainsi à leur disposition des espaces sécurisés pour enregistrer et gérer les copies de documents d’identités et autres données bancaires fournies par leurs clients. Nestor vient élargir ce spectre, en facilitant la collecte à grande échelle des pièces nécessaires, et en automatisant leur gestion pour garantir, à chaque étape, la conformité avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), nouvelle source de sueurs froides pour bon nombre de dirigeants.

"Pour les entreprises, et notamment les assurances et les banques, la question de la conformité avec la législation sur les données personnelles de leurs clients devient de plus en plus importante. Les contrôles se multiplient et les amendes sont lourdes", décrit Antonia Bova. "Or, quand la collecte de données sensibles passe par mail, ce qui encore trop souvent le cas, il y a inévitablement des défaillances, puisqu’elles sont mal protégées. Ça ne viendrait à l’idée de personne de laisser une pièce d’identité traîner sur un coin de table dans un lieu public. Mais c’est exactement ce qu’on fait en ligne au quotidien, et à très grande échelle." Et ces documents oubliés au fond de la boîte mail d’un collaborateur peuvent coûter cher, en cas de contrôle, ou de piratage. "Les mentalités évoluent vite sur la question des données personnelles, le grand public mesure de plus en plus leur valeur. Demain, des entreprises ou collectivités pourraient faire l’objet d’une plainte pour avoir indûment conservé, et mal protégé de surcroît, des données personnelles qui finiraient sur le Darknet", prévient la dirigeante.

Fils de conversation sécurisés

Nestor vient se substituer au mail pour simplifier les campagnes de collecte à grande échelle. Les entreprises ouvrent un fil de conversation sécurisé avec leurs clients, sur lequel sont transmis les documents. La conversation s’efface ensuite. L’ensemble des documents reçus sont tagués numériquement. "L’entreprise sait exactement ce qu’elle reçoit. Et ces données sont supprimées automatiquement quand le délai légal de conservation est dépassé, ou qu’elles ne sont plus utilisées", présente Antonia Bova.

Nestor propose également des conversations type. Avec, par métier et par besoin, la liste des documents nécessaires, conforme à la législation. Une façon d’encadrer les pratiques. "Il arrive qu’une entreprise demande des documents dont elle n’a en fait pas besoin, par méconnaissance ou abus. Cela arrive par exemple dans l’immobilier, où des pièces peuvent être demandées aux locataires, en dehors du cadre légal. Et dans le cas d’un réseau par exemple, c’est compliqué de contrôler que telle agence ne demande pas des documents superflus", constate la dirigeante.

Nestor a connu un rapide succès auprès d’une clientèle de grands comptes. L’entreprise revendique une centaine de clients, et un nombre d’utilisateurs doublant tous les mois. Une levée de fonds est en cours, qui devrait permettre à la start-up d’aller chercher "200 clients supplémentaires", en France mais aussi, au Luxembourg et en Suisse, ainsi qu’au Portugal, pour atteindre la rentabilité dès 2024.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition