Lille

Administrations publiques

Avec la nouvelle cité administrative de Lille, le plus grand programme tertiaire régional sort de terre

Par Julie Dumez, le 07 décembre 2022

Le plus important projet immobilier en construction au nord de Paris prend forme à l’entrée de Lille. Véritable démonstrateur pour son constructeur Bouygues Bâtiment Nord-Est, la nouvelle cité administrative accueillera d’ici 2024 plus de 2 000 agents de l’État.

La nouvelle cité administrative de Lille va s’étendre sur cinq bâtiments dans le quartier Lille Sud.
La nouvelle cité administrative de Lille va s’étendre sur cinq bâtiments dans le quartier Lille Sud. — Photo : Julie Dumez

C'est LE chantier le plus important en cours dans les Hauts-de-France : la construction de la nouvelle cité administrative, dans le quartier en rénovation de Lille Sud. Cinq grues s'élèvent dans les airs pour livrer cet ensemble de 38 400 m2 répartis dans cinq bâtiments reliés entre eux par une rue intérieure et disposant de 480 places de parking. L’État, maître d’ouvrage, investit ici 107 millions d’euros (dont 95,5 millions d’euros HT pour Bouygues Bâtiment Nord Est, entreprise mandataire) pour loger quelque 2 000 agents de 18 directions en région.

Fleuron régional

À la manœuvre, Bouygues Bâtiment Nord-Est conduit cette opération hors normes. “C’est le fleuron de nos chantiers. La nouvelle cité administrative est un bel exemple de la grande transformation de l’ancienne à la nouvelle économie, se réjouit José Liotet, président de cette filiale de Bouygues Construction, qui compte bien en faire une vitrine de son savoir-faire. Le programme, dessiné par le duo d’architectes d’envergure internationale Valode & Pistre (Paris) et Coldely (Lille), se distingue en premier lieu par son calendrier. Les travaux démarrés en janvier 2022 doivent s’achever en décembre 2023 au terme de 24 mois intenses.

“Le planning, c’est l’enjeu majeur du projet. Il s’agit de notre opération la plus rapide”, témoigne Raphaël Vasseur, responsable production chez Bouygues Bâtiment Nord-Est. Pour tenir la cadence, une organisation millimétrée régit le ballet des compagnons - pas moins de 400 en pointe. Le tout dans une logistique contrainte en raison d’un emplacement entre le périphérique et le métro du boulevard et sans zone de stockage pour les matériaux. Impossible pour les camions de livraison de se croiser par exemple. Alors que se termine le gros œuvre, les corps d’état secondaires sont d’ores et déjà pied d’œuvre dans les étages inférieurs.

Performance environnementale

En décrochant ce marché public global de performance, Bouygues Bâtiment Nord-Est s’engage sur le long terme. Pendant cinq ans, charge à l’entreprise de garantir la performance énergétique des lieux, sous peine d’amende. De quoi pousser à l’excellence alors que la cité administrative ira chercher la labellisation PassivHaus, inédite à cette échelle. Pour y parvenir, 2 700 m² de panneaux photovoltaïques - la plus importante production sur toiture des Hauts-de-France -, représentant 30 % de la consommation d'électricité des lieux, seront installés. Les matériaux biosourcés - isolants, blocs de chanvre, peinture aux algues - sont largement plébiscités, avec plus de 700 tonnes installées dont 400 tonnes de bois massif. En outre, on retrouve 6 000 m3 de béton à moindre impact carbone. La part belle sera par ailleurs donnée aux espaces végétalisés grâce à 10 000 m2 de jardins et terrasses suspendus. De quoi agrémenter le cadre de vie des usagers qui pourront également profiter d’un restaurant, de cafétérias, d’une crèche et autres espaces de pratiques sportives et culturelles. Et José Liotet de conclure : "il est absolument important d’aller vers le 'construire autrement'. Nous en avons ici la préfiguration avec ce laboratoire extraordinaire."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition