Nord

Distribution

Auchan Retail France annonce la suppression nette de 1 088 emplois

Par Elodie Soury-Lavergne, le 09 septembre 2020

Auchan Retail France lance la deuxième phase d'un plan de transformation ambitieux, initié en 2019 et baptisé Auchan 2022. Cette accélération, qui vise à renforcer l'efficacité de son modèle après un premier redressement des résultats, va se traduire par un fort processus de digitalisation, mais aussi par la suppression nette de 1 088 postes.

Magasin Auchan
Le distributeur Auchan Retail compte renforcer ses services numériques comme les drives, Auchan Piéton, les lockers, la livraison à domicile ou le e-commerce. — Photo : E.Soury-Lavergne, le JDE

Le groupe de distribution Auchan Retail lance la deuxième phase de son vaste plan de transformation, qui revisite à la fois son offre et son modèle historique. Il se traduira notamment par la suppression nette, en France, de 1 088 emplois actuellement occupés. Dans le détail, 1 475 postes seraient ainsi supprimés, dont 10 vacants, et 377 postes seraient créés. Lancé en 2019 et baptisé Auchan 2022, ce plan doit permettre au distributeur nordiste de remonter la pente après une année 2018 particulièrement difficile.

Une situation encore fragile

Si la politique mise en œuvre a déjà permis de redresser ses résultats, la direction juge indispensable d’aller plus loin, en particulier en France, où Auchan Retail compte 618 points de vente et 73 000 collaborateurs. Le distributeur affiche sur le premier semestre 2020 une progression de son chiffre d’affaires de +0,8 % (hors essence et change). La rentabilité progresse de 79 %, mais le résultat opérationnel reste négatif. Par ailleurs, au premier semestre 2020, le chiffre d’affaires en ligne représente désormais 12 % du chiffre d’affaires total, soit une progression de 33 %.

« Ces résultats tangibles démontrent la pertinence de la première étape de la transformation. En revanche, si cette tendance est encourageante, la situation reste encore très fragile. Les surcoûts engendrés en matière de transport et de sécurité sanitaire, ainsi que les nouvelles craintes des clients notamment vis-à-vis des grandes surfaces commerciales, ont défavorisé les hypermarchés et ont pesé sur la situation économique de l'entreprise », commente la direction.

De nouvelles orientations

Pour accélérer ce redressement, Auchan Retail mise sur de nouvelles orientations pour la France. Le distributeur compte renforcer ses services numériques, en complément des magasins physiques, « qu’il s’agisse de drives, d’Auchan Piéton, de lockers (casiers de consignes automatiques, NDLR), de livraison à domicile ou d’e-commerce », détaille la direction.

L’ambition, à l’horizon 2022, est de doubler le chiffre d’affaires alimentaire en commerce numérique et de réaliser ainsi « plus de 15 % du chiffre d’affaires global hors des structures physiques hypermarchés et supermarchés », annonce la direction. Par ailleurs, près de 300 Auchan Drive Piétons vont être créés d’ici 2021, pour répondre aux nouvelles demandes de proximité des consommateurs urbains. « Ces drives permettraient la création d’environ 600 emplois », soulignent les dirigeants.

Des suppressions de poste envisagées

Pour renforcer en parallèle l’efficacité de son modèle, Auchan Retail France annonce la suppression nette de 1 088 emplois occupés. La réorganisation de la chaîne de marchandise conduirait à la suppression nette de 127 emplois actuellement occupés (257 postes seraient supprimés, dont 10 vacants, et 120 postes seraient créés). La transformation des fonctions SAV entraînerait la suppression de 434 emplois (490 postes supprimés et 56 postes créés).

La transformation du parcours d’encaissement et l’évolution du métier envisagées auraient pour conséquence la suppression nette de 124 postes de management de la ligne d’encaissement (293 suppressions et 169 créations). « Le métier d’hôte et d’hôtesse de caisse n’est pas concerné par des suppressions d’emplois », précise la direction. La réorganisation des métiers du back-office en hypermarché conduirait à la suppression nette de 346 emplois (378 postes seraient supprimés, 32 créés et 82 modifiés). Enfin, le projet de fermeture de l’atelier de découpe de viande de Lieusaint (Seine-et-Marne) entraînerait la suppression nette de 57 emplois.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition