Nord

Distribution

Auchan Holding perd 1,5 milliard d'euros sur le premier semestre 2019

Par Elodie Soury-Lavergne, le 30 août 2019

Sur ce premier semestre 2019, Auchan holding affiche une perte nette d'1,5 milliard d'euros. Résultat d'une cession coûteuse de ses activités en Italie, cette perte colossale n'empêche pas la direction de constater de premiers signes de redressement du groupe, liés à la mise en œuvre, depuis quelques mois, d'une stratégie de retournement baptisée Renaissance.

Magasin Auchan
Magasin Auchan — Photo : E.Soury-Lavergne, le JDE

Auchan holding annonce une perte nette d’1,5 milliard d’euros pour ce premier semestre 2019. À titre de comparaison, le groupe avait réalisé une perte d’1 milliard sur son exercice 2018. La situation ne semble donc pas s’améliorer pour cette holding qui regroupe Auchan Retail, sa filiale distribution, Ceetrus, sa filiale immobilière, et enfin Oney Bank, sa filiale bancaire en cours de cession (à hauteur de 50,1 %) auprès du groupe BPCE.

Un bénéfice sur les activités non cédées

En perte de vitesse, le groupe nordiste tente de relever la tête depuis quelques années déjà. Ayant pris ses fonctions fin 2018, le nouveau dirigeant Edgard Bonte annonçait en mars dernier une politique de chasse aux activités déficitaires. C’est cette politique qui grève le résultat de la holding sur ce premier semestre, en attendant de porter ses fruits à plus long terme. Le dirigeant explique que la cession des activités en Italie (1 600 magasins), au groupe coopératif Conad, est la principale cause de cette perte. « Nous n’avons pas trouvé de business plan permettant de renouer avec la rentabilité en Italie, il a donc fallu prendre une décision douloureuse », commente-t-il. Effective depuis la fin du mois de juillet, cette cession s’est avérée extrêmement coûteuse pour la holding. Lors des négociations, le repreneur a en effet exigé que le groupe recapitalise sa filiale italienne, Auchan Spa, à hauteur de 2,5 années de pertes environ. À cela s’ajoutent la moins-value de cession, la perte liée aux activités des magasins italiens sur les 6 premiers mois de l’année 2019 et enfin, l’abandon par Auchan Retail des financements octroyés à Auchan Spa. En dehors de ces éléments exceptionnels, la holding affiche sur ce premier semestre un bénéfice de 124 M€ pour « les activités poursuivies ».

La stratégie de retournement

Malgré cette perte conséquente, Edgard Bonte est confiant. « Le virage est pris », lance-t-il. Auchan holding déploie depuis quelques mois le programme « Renaissance », une stratégie de retournement en plusieurs points. Parmi les axes retenus, figurent justement la cession des activités non rentables, en Italie, mais également au Vietnam qui représente 20 magasins et 45 M€ de chiffre d’affaires. Auchan Retail a également acté au cours de ce premier semestre la cession ou la fermeture de plusieurs sites, qui ne présentaient pas de « perspectives réalistes de retour à la rentabilité » : 21 magasins en France, 10 magasins en Russie, 15 magasins en Espagne et 1 magasin en Ukraine.

Pour redresser d’autres magasins déficitaires, le groupe a choisi d’actionner plusieurs leviers, comme la réduction des coûts de fonctionnement (achats indirects, optimisation des dépenses énergétiques et d’entretien, polyvalence des postes, etc.) ou encore la renégociation des loyers dans plusieurs pays. Auchan mise aussi sur la réduction ou la réaffectation des surfaces de ses magasins : en Chine, le groupe a ainsi réussi la mise en concession des espaces électroménagers. « Nous touchons des commissions sur les ventes de notre partenaire, et dégageons ainsi plus de rentabilité », note le dirigeant. En France, des tests similaires vont être effectués fin octobre dans deux magasins, avec pour concessionnaires Electro Dépôt et Boulanger. Ils seront suivis d’autres tests, courant 2020, portant cette fois sur les rayons sport, culture, bricolage, etc. « La baisse de chiffre d’affaires ne concerne que le non-alimentaire », commente Edgard Bonte. Enfin, à la fin de ce premier semestre 2019, les investissements courants (nets de cession), « ont été plus que divisés par deux hors Chine par rapport aux six premiers mois de l’année 2018. » Une tendance qui va se poursuivre : l’objectif annoncé est de réaliser 1,1 milliard d’euros d’économies de coûts en année pleine, pour atteindre un taux de marge d’Ebitda de 6 % à l’horizon 2022.

Un nouveau positionnement

Selon le dirigeant, Auchan Retail montre de premiers signes de redressement, même si le chiffre d’affaires de ce premier semestre est en baisse de 2,4 % à changes courants, par rapport à la même période en 2018. En revanche, l’Ebitda est en hausse de 12,1 %, et le taux de marge commerciale progresse d’1 point, à 23,1 %. Le plan Renaissance ne sera pas suffisant", prévient toutefois Edgard Bonte, qui a déjà en tête les contours d’Auchan à l’horizon 2022. S’il n’a pas souhaité en dévoiler tous les aspects, il précise vouloir doubler le chiffre d’affaires réalisé sur les produits exclusifs, et multiplier par deux la présence de produits locaux dans les magasins. Enfin, le groupe annonce qu’en 2022, 15 % du chiffre d’affaires d’Auchan Retail sera réalisé hors des hypermarchés et supermarchés : digital, drive piéton, petites surfaces de proximité, etc.

Magasin Auchan
Magasin Auchan — Photo : E.Soury-Lavergne, le JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.