Hauts-de-France

Environnement

Astradec bénéficie d'une aide de 3 millions d'euros d'Idinvest Partners

Par Marie Boullenger, le 11 septembre 2019

Spécialisé dans la collecte, le traitement et valorisation de déchets, Astradec (33 M€ de CA, 250 salariés) s’est vu octroyer une aide de 3 millions d’euros par la société Idinvest Partners en partenariat avec la Région Hauts-de-France. Un tremplin pour la PME régionale basée à Arques (Pas-de-Calais), plus très proche du statut d’ETI. Zoom avec Clément Lelong, directeur du développement.

Astradec traite plus de 250 000 tonnes de déchets par an.
Astradec traite plus de 250 000 tonnes de déchets par an. — Photo : Pixabay

Astradec est la première entreprise régionale à bénéficier de fonds issus du partenariat entre la Région et Idinvest Partners. Comment ce rapprochement est-il né ?

La Région cherchait des acteurs qui puissent investir dans les PME régionales. Ils ont choisi Idinvest Partners qui, à travers le fonds ISIA, finance l’achat d’outils de production pour les PME industrielles. Leur budget à l’année pour aider les entreprises s’élève à 40 millions d’euros. De notre côté, on était à la recherche de fonds. C’est donc tout naturellement que nous nous sommes rapprochés. Ils ont injecté 3 millions d’euros dans notre groupe, nous sommes donc les premiers à bénéficier de cette aide et très contents car une telle somme, ce n’est pas rien. Mais c’est peu à la fois car notre métier engage beaucoup d’investissements et de capitaux. Si l’on veut pouvoir, au final, extraire la plus-value des déchets, cela passe par le criblage, le broyage, la manutention, etc. Cette aide financière représente une suite logique de ce qu’on a fait ces dernières années. Notre activité est au cœur de la troisième révolution industrielle. (Ndlr : La société de capital investissement CAP3RI était intervenue à hauteur de 2 millions d’euros en 2017 dans le groupe Astradec).

Que vont permettre ces 3 millions d’euros injectés à votre capital ?

Cette manne financière va permettre d’accélérer la croissance du groupe tout en poursuivant les projets que nous menons. Nous allons pouvoir monter une ligne de tri dans le Montreuillois et embaucher une dizaine de collaborateurs sur le site. Ce projet qui verra le jour début 2021 représente déjà 1,5 million d’euros. Cet apport va nous permettre aussi d’investir dans des outils de désydratation notamment ainsi que dans un métalliseur capable de produire du carburant. Si nous voulons aller encore plus loin dans le tri et la valorisation du déchet, cela nécessite des machines plus performantes et plus coûteuses. Des outils toujours associés à des hommes bien entendu.

Cela marque t-il un tournant dans le développement d’Astradec ?

Bien évidemment ! Aujourd’hui, nous traitons au moins 250 000 tonnes par an, tous déchets confondus dont 100 000 tonnes qui passent par Arques. Mais on veut continuer à grandir. Nous réalisons 33 millions d’euros de chiffre d’affaires et tablons sur 40 millions d’euros. Nous cherchons toujours à nous améliorer car le tri évolue constamment notamment en termes de réglementations (la taxe générale sur les activités polluantes, TGPA, devrait encore augmenter en 2020). Notre objectif est d’être acteur du début de la chaîne de tri jusqu’à la valorisation finale du déchet. Créer de la vapeur et de la chaleur à partir du déchet, tel est notre fil rouge. L’ambition du groupe Astradec, qui emploie actuellement 250 salariés répartis sur dix sites dans les Hauts-de-France, Auxerre et Nevers, consiste à rester un acteur majeur du tri et nous sommes clairement sur la bonne voie.

Astradec traite plus de 250 000 tonnes de déchets par an.
Astradec traite plus de 250 000 tonnes de déchets par an. — Photo : Pixabay

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.