Lille

Marketing

Après avoir levé 23 millions d'euros, Sarbacane mise sur la croissance externe

Par Jeanne Magnien, le 10 septembre 2020

La PME lilloise Sarbacane, qui édite des logiciels d'édition de SMS et d'emails marketing, vient de lever 23 millions d'euros. L'opération va lui permettre d'accélérer sa stratégie de croissance externe.

Mathieu Tarnus, le dirigeant de Sarbacane, compte sur la croissance externe pour installer rapidement son entreprise sur différents marchés européens.
Mathieu Tarnus, le dirigeant de Sarbacane, compte sur la croissance externe pour installer rapidement son entreprise sur différents marchés européens. — Photo : Sarbacane

Sarbacane traverse la crise sanitaire sans dévier de sa trajectoire. Malgré quelques inquiétudes, vite dissipées, la période s’est même révélée plutôt propice pour la PME basée dans la métropole lilloise, à Hem, qui développe des outils permettant de concevoir des campagnes marketing, par e-mails et SMS. « On fait partie de ceux qui s’en sont bien sortis », reconnaît Mathieu Tarnus, le dirigeant de Sarbacane, qui a connu un supplément d’activité durant le confinement et a réussi à conclure deux opérations importantes dans ces temps mouvementés. Après le rachat, au printemps, de la start-up parisienne Datananas, première opération de croissance externe de son histoire, la PME vient de lever 23 millions d’euros en faisant entrer, début septembre, un nouvel actionnaire à son capital.

Deux mois de stand-by

« L’épidémie de Covid-19 ne nous a pas facilité la tâche, c’est sûr. On a reçu les premières offres juste avant l’annonce du confinement. Nous avons décidé de tout mettre en stand-by, le temps de voir ce qui se passait. Deux mois plus tard, quand nous avons relancé l’opération, sur les quatre fonds qui s’étaient montrés intéressés en mars, trois ont maintenu leur offre. Nous avons finalement retenu l’IDI, un fonds parisien, pour les conditions financières proposées, et pour l’équipe surtout, avec qui le courant est très bien passé », retrace Mathieu Tarnus. « Cela nous permet de nous séparer dans de bonnes conditions de notre précédent investisseur, Ardian, et d’envisager sereinement l’avenir. »

L’IDI investit 10 M€ au capital de Sarbacane, qui réalise le reste de sa levée sous forme d’emprunts bancaires. Mathieu Tarnus demeure largement majoritaire au sein de l’entreprise qu’il a cofondée avec son père, il y a bientôt 20 ans.

Un nouvel objectif pour 2024

Sarbacane se voit donc confortée dans sa stratégie de développement, avec pour nouvel objectif d’atteindre les 24 M€ de chiffre d’affaires en 2024. La PME, qui compte une centaine de salariés, et 10 000 clients, a réalisé 11 M€ de chiffre d’affaires en 2019 et table sur 14 M€ cette année.

« Nous allons continuer à faire ce que nous faisons, en développant nos marques. Outre notre solution Sarbacane, nous développons notamment Touchdown, qui est désormais une business unit indépendante, et qui propose des outils pour créer des campagnes en s’intégrant directement dans l’environnement Microsoft. Nous avons également Layout, un module qui s’adresse aux grands comptes, et permet de produire automatiquement des modèles de mails et newsletters à partir d’un site internet. Et enfin, nous développons depuis la fin 2018 un service de chatbot pour les entreprises. »

En outre, Sarbacane entend poursuivre sa stratégie de croissance externe, et les candidats potentiels ne manquent pas. « Nous visons un profil assez précis d’entreprises, qui seraient les homologues de Sarbacane sur leur marché, rentables, avec un chiffre d’affaires de 4 à 5 millions d’euros. Nous avons identifié une cinquantaine de PME qui pourraient correspondre, sans pour le moment pousser vraiment les investigations. » De cette façon, Sarbacane, qui réalise actuellement 15 % de son chiffre à l’étranger, pourrait ainsi s’installer sur des marchés étrangers, de manière moins coûteuse et plus efficace qu’en y poussant ses propres marques.

Mathieu Tarnus, le dirigeant de Sarbacane, compte sur la croissance externe pour installer rapidement son entreprise sur différents marchés européens.
Mathieu Tarnus, le dirigeant de Sarbacane, compte sur la croissance externe pour installer rapidement son entreprise sur différents marchés européens. — Photo : Sarbacane

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail