Lille

Services

Admilia surfe sur une croissance à deux chiffres

Par Jeanne Magnien, le 25 mai 2018

Admilia est une société d'édition de logiciels de gestion dédiés aux administrations publiques. Un marché de niche sur lequel la PME connaît depuis plusieurs années une croissance à deux chiffres.

Bruno Weber est le PDG d'Admilia, une entreprise proposant une solution de gestion financière aux administrations et établissements publics.
Bruno Weber est le PDG d'Admilia, une entreprise proposant une solution de gestion financière aux administrations et établissements publics. — Photo : Admilia

Admilia n'en est pas à son premier changement de peau. Fondée en 1981 à Roubaix, elle a été reprise en 2011 par quatre associés, avant de déménager en 2012 de Roubaix à Villeneuve-d’Ascq, où elle encore établie. Plus récemment, elle a changé de nom, abandonnant, en janvier dernier, le nom de Sneg pour celui d'Admilia. Une dénomination plus évocatrice pour cette entreprise d'une quarantaine de salariés, qui développe des logiciels de gestion pour les administrations publiques

350 administrations pour clientes

Parmi ses 350 clients, Admilia compte par exemple l'Élysée, le port de Dunkerque, la Villa Médicis, le Conseil Constitutionnel ou l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, qui chapeaute les lycées français du monde entier. Des structures de tailles variables, aux activités parfois sensibles, qui utilisent la solution d'Admilia pour leur gestion financière et notamment, celle des budgets et des payes.

« Notre solution est très modulable, et peut être adaptée à tous les types d'établissement. Par exemple, nous la proposons en Saas, avec un très haut niveau de sécurité, mais pour certains clients très sensibles, comme l'Élysée, le protocole exige une installation des logiciels en propre, ce qui est tout à fait envisageable aussi. Surtout, notre solution est très facile à mettre en œuvre, et plaît souvent parce que nous avons su casser les codes. Nous avons introduit de la couleur, des tableaux de bord personnalisables, des fils d'actu, des tags, qui la rendent très pratique à utiliser, et déclenche souvent un "effet wahou" ce qui, il faut bien le dire, est assez peu courant quand on parle de logiciels de gestion, » sourit Bruno Weber, le PDG d'Admilia.

La réforme de 2012, relais de croissance

Forte de cette solution séduisante, Admilia est en train de s'installer de plus en plus confortablement dans une niche qui s'agrandit. La réforme de la comptabilité publique, votée en 2012, est en application depuis 2016. Un bouleversement réglementaire auquel les plus gros concurrents d'Admilia ont renoncé à se préparer, contrairement à la PME.

« Avec cette réforme, les solutions de nos concurrents sont devenues obsolètes. Pour mettre les logiciels en conformité, il a fallu investir beaucoup en peu de temps, ce que nous avons pu faire parce que nous sommes petits et réactifs, et parce qu'il en allait de notre survie. Mais pour nos concurrents, qui sont souvent de très gros groupes, ce marché de niche n'est pas stratégique, et ils ont renoncé pour la plupart. Il y a donc tout un marché à récupérer, et nous sommes déjà en train de nous y atteler, » détaille Bruno Weber.

Plus de 10 % de croissance

De fait, Admilia a ces dernières années connu une croissance à plus de 10 %, avec un pic à 12 % en 2017, pour un chiffre d'affaires de 5,90 M€. Elle compte atteindre les 6,30 M€ de CA en 2018, notamment grâce à une opération de croissance externe réalisée en janvier 2017. Admilia a intégré CPWin, une entreprise parisienne comptant 4 salariés, et réalisant 1 M€ de CA, lui permettant d'être davantage présente dans la capitale, où se regroupent de nombreuses administrations.

Occupée pour l'heure à absorber sa forte croissance, qui nécessite des recrutements réguliers, Admilia compte, dans un futur proche, se tourner vers un nouveau marché à très fort potentiel selon elle, celui des collectivités locales.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition