Logo d'Arkéa Banque Privée Ce contenu a été réalisé par Arkéa Banque Privée

Banque

Partenaire Banque privée : un monde à part dans la gestion de patrimoine

le 05 décembre 2018

Dans un monde de la finance qui se complexifie chaque jour, la banque privée permet de bénéficier d’une approche personnalisée et évolutive en matière de gestion de patrimoine, mais aussi de tous les aspects d’une relation bancaire : compte chèque, moyens de paiement, outils de défiscalisation, etc.

Réunion de travail
La banque privée apporte une dimension conseil et un appui au quotidien beaucoup plus forts que ce que l’on peut trouver dans un établissement bancaire classique. — Photo : rawpixel - CC0 Unsplash

En quoi la Banque privée se distingue-t-elle d’un conseiller en patrimoine ou d’un conseiller clientèle d’une banque réseau ?

Olivier Nigen, directeur d’Arkéa Banque Privée : La banque privée, c’est le meilleur des deux mondes. C’est à dire toutes les prestations que peut apporter une banque, à savoir un catalogue allant de la banque au quotidien, des moyens de paiement, jusqu’aux instruments financiers les plus sophistiqués, etc. Avec en plus une dimension conseil et un appui au quotidien beaucoup plus forts que ce que l’on peut trouver dans un établissement bancaire classique. Pour être clair : le métier de la banque privée, c’est avant tout de vendre du conseil. Au final, la commercialisation des produits financiers n’est que la conséquence en dernier ressort de conseils juridiques, patrimoniaux et fiscaux dispensés à la clientèle. Les rendez-vous sont centrés uniquement sur ces aspects, auxquels peuvent s’ajouter, bien sûr, des questions relatives à la retraite, à l’augmentation ou à la transmission du patrimoine, etc. Une fois les besoins compris les  produits financiers permettent d'atteindre ces objectifs.

Olivier Nigen, directeur d'Arkéa Banque Privée
Olivier Nigen, directeur d'Arkéa Banque Privée - Photo : Arkéa Banque Privée

En quoi consiste l’architecture ouverte ?

Olivier Nigen, directeur d’Arkéa Banque Privée : Autre avantage non négligeable, elle permet de sélectionner auprès de nombreux partenaires des produits adaptés à la situation de chaque client. Compte tenu de la sophistication et de la diversification des produits financiers, il peut en effet arriver que, face à certaines problématiques, il faille aller chercher un produit chez un autre assureur ou gestionnaire de la Place. À l’inverse de la plupart des banques de réseau qui sont prisonnières de leur fournisseur, il faut avoir la capacité d’aller chercher ces produits.

Le fait d’être adossé à un grand groupe bancaire apporte-t-il d’autres avantages ?

Olivier Nigen, directeur d’Arkéa Banque Privée : Oui. Un autre point fort est que, tout en ayant cette indépendance de choix, l’appui technique, informatique et logistique d’un grand groupe est un atout indéniable, notamment face à l’explosion de la réglementation. Des structures indépendantes n’ont pas forcément la logistique, le temps et les moyens nécessaires pour adapter leurs outils. Un autre avantage est d’être très innovant en matière de nouvelles technologies, de fintechs ou encore de nouveaux modèles de distribution. Cela permet de proposer des prestations adaptées. Le fait de limiter volontairement le nombre de clients suivis par gérant, permet d’accorder à chacun d’entre eux tout le temps nécessaire pour apporter des solutions sur mesure. Une fois encore, tout cela permet à la clientèle de bénéficier du meilleur des deux mondes, à savoir la partie banque privée qui est distributrice de conseils, tout en profitant des services, des dernières technologies et de toutes les prestations informatiques qu’apporte un groupe bancaire.

Pour en savoir plus : www.arkeabanqueprivee.fr