• France

    Santé

    Passe sanitaire obligatoire : il y aura des alternatives au licenciement pour les salariés récalcitrants

    21 juillet 2021

    Le licenciement ne sera pas la seule option des employeurs contre leurs salariés dépourvus de passe sanitaire. Dans les entreprises concernées, plusieurs alternatives seront possibles, a détaillé la ministre du Travail Élisabeth Borne, le 20 juillet, sur BFMTV. La suspension préalable de l’employé, censée durer deux mois maximum, pourra d’abord être interrompue "dès lors [qu’il présentera] un passe sanitaire valide". En cas de blocage persistant, les deux parties pourront s’entendre, au choix, sur la prolongation de cette même suspension ; la prise de jours de congés ; un changement d'"affectation, [pour] un endroit où l’on n’est pas soumis à passe sanitaire". Sinon, l’employeur pourra envisager une sanction disciplinaire. À la clé : avertissement, mise à pied ou licenciement. Dans ce dernier cas, il s’agira d’une rupture "pour motif personnel, […] avec des indemnités pour le salarié". Une hypothèse "inacceptable" pour les professionnels de la restauration. Dans une lettre à la ministre, l’Umih, le Gni-HCR, le Snrtc et le GNC refusent de "devoir assumer la responsabilité financière [de ces] licenciements" contraints.

    Sur le même sujet

  • -30% sur l'offre premium

    Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
    tous les mois

    Voir les offres d'abonnement

Les dernières infos