• Commerce

    Après une année 2021 mitigée, les magasins démarrent 2022 plombés par le télétravail et les loyers

    11 janvier 2022

    Ouverts, mais déserts. Les commerces traversent une "nouvelle période de fragilisation", s’alarme Procos, qui regroupe près de 300 grandes enseignes nationales. En cause : l’obligation de télétravail, en vigueur depuis le 3 janvier. Elle aurait déjà fait chuter de 30 à 40 % la fréquentation des centres commerciaux, rues marchandes et halls de gares des grandes villes françaises. Cette difficulté nouvelle vient compliquer encore une situation déjà délicate. D’abord parce que le bilan des ventes en 2021 s’annonce mitigé : l’activité a, certes, rebondi de 11,4 % en un an. Mais cette croissance moyenne masque des résultats très hétérogènes (de -20,3 % pour la chaussure à +11,4 % pour l’équipement de la maison) et reste, de toute façon, inférieure au niveau d’avant-crise (-8,7 % par rapport à 2019). Enfin, Procos s’inquiète de la hausse prochaine des loyers, indexée indirectement sur l’inflation (+2,6 % à +3,46 % attendus en milieu d’année). "Une situation économiquement insupportable et en décalage total au regard du contexte et difficultés des commerçants", fustige l’organisation. Elle réclame, par conséquent, une solution provisoire d’urgence.

Les dernières infos