• France

    Financement

    Appelé à être pérennisé, le fonds de soutien à l'industrialisation des projets innovants affiche un bilan modeste

    15 septembre 2021

    La réindustrialisation à petits pas. Bpifrance revendique la création de 17 usines et 3 200 emplois directs en six ans, grâce aux 550 millions d’euros mobilisés par son fonds SPI (pour "sociétés de projets industriels"). Des résultats modestes pour cet outil de prise de participation minoritaire. Mais l’important était ailleurs, d'après la banque publique : il fallait combler le manque de financement pour les projets innovants prêts à passer à l’étape de la production. Dans le détail, le fonds a surtout profité à la "chimie verte" (9 acteurs soutenus, dont Afyren Neoxy, Lactips ou Microphyt) et à l’énergie (3 sociétés accompagnées). À noter qu’au côté des start-up, figurent trois PME ou ETI parmi les bénéficiaires : le toulousain Kineis, le nantais Lacroix Electronics et le varois SunCnim. Le fonds SPI annoncera, d’ici la fin de l’année, l’affectation de ses dernières ressources (250 M€, d’ores et déjà attribués). Mais il n’a pas dit son dernier mot. Un récent rapport de Bercy plaidait pour recharger le dispositif (entre 700 M€ et 1 Md€), tout en abaissant le ticket minimum (de 10 à 5 M€). Et ce, malgré son effet d’entraînement limité sur les autres investisseurs.

  • -30% sur l'offre premium

    Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
    tous les mois

    Voir les offres d'abonnement

Les dernières infos