International

Témoignage Yannick Tranchier : « Mes quatre conseils pour réussir en Russie »

Par Pierre Gicquel, le 13 juillet 2018

Vaste marché aux portes de l'Europe, la Russie peut offrir d'importants débouchés aux entreprises françaises. Mais le pays de Vladimir Poutine peut aussi paraître intimidant pour les candidats à l'export. Pour Yannick Tranchier, installé à Moscou, il ne faut toutefois pas se fier aux apparences. Le fondateur de la Maison des Entrepreneurs français, structure d’aide et incubateur pour les PME qui souhaitent s’implanter dans le pays, désamorce les idées reçues sur la Russie en quatre conseils.

Yannick Tranchier, fondateur de la Maison des Entrepreneurs Français, à Moscou (Russie).
Yannick Tranchier, fondateur de la Maison des Entrepreneurs Français, à Moscou (Russie). — Photo : © Yannick Tranchier

1 - Voir au-delà de la Russie

« La Russie est non seulement un gros marché, avec 146 millions d’habitants, mais il ne faut pas oublier les pays de l’ancienne Union Soviétique, avec qui une union douanière existe, ce qui porte le marché potentiel à 300 millions d’habitants. Une entreprise française qui vendrait déjà en Russie pourrait donc vendre, entre autres, au Kirghizstan, en Arménie ou encore en Biélorussie. »

2 - S’implanter sur le territoire russe

« Nous voyons depuis un an et demi une vraie accélération des projets de PME à Moscou (à l'image d'ETT, une entreprise bretonne qui s'est récemment lancé à l'assaut du marché russe, ndlr). Rien que depuis le début de l’année, nous avons porté une dizaine de projets. Mais il faut relativiser car en plus des entreprises du CAC40 déjà installées, on compte 600 entreprises françaises en Russie. C’est au final très peu, comparé aux 5 000 allemandes. Pourtant les Russes aiment acheter français, à condition qu’on s’y implante. »

3 - Tordre le cou aux clichés

« Pour une entreprise qui souhaite vendre en Russie, il faut trouver de bons distributeurs et faire attention à les multiplier pour éviter les déconvenues. Mais contrairement aux idées reçues, la création d’une entreprise en Russie est un process proche de la France. Il faut sept jours pour s’enregistrer auprès des impôts et un à deux jours pour ouvrir un compte bancaire. En tout, avec la préparation des dossiers, il faut moins d’un mois pour créer une entreprise. Les actionnaires doivent toutefois venir sur place, au moins pour la signature des papiers devant le notaire. »

4 - Ne pas s’arrêter à l’embargo

« L’embargo russe envers les produits alimentaires européens relève d’un projet à la fois politique et économique. La Russie a décidé d’investir massivement localement pour diminuer sa dépendance aux produits d’importation. Ce qui veut aussi dire que son secteur agroalimentaire en forte croissance a des besoins énormes à couvrir, notamment en matière d’infrastructures et d’équipements. Les PME françaises ont donc une carte à jouer. »

Yannick Tranchier, fondateur de la Maison des Entrepreneurs Français, à Moscou (Russie).
Yannick Tranchier, fondateur de la Maison des Entrepreneurs Français, à Moscou (Russie). — Photo : © Yannick Tranchier

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture