Moselle

Industrie

Témoignage Verrissima : "Nous n'avons pas repris Orazio sur un coup de dé"

Par Olivia Bassi, le 20 mai 2021

Signé en décembre 2020, le rachat de la miroiterie Orazio par la miroiterie lorraine Verrissima est avant tout une histoire de rencontre entre deux dirigeants d’entreprise familiale. Un prérequis pour les deux entreprises.

Jonathan Metz, dirigeant de Verrissima.
Jonathan Metz, dirigeant de Verrissima. — Photo : © Verrissima

Quand Jonathan Metz, dirigeant de la miroiterie mosellane Verrissima créée en 1923, signe l’acquisition d’Orazio (25 salariés, 5 millions d'euros de CA), dans le Lot-et-Garonne, en décembre 2020, ce n’est pas sur un coup de dé. "J’avais déjà réalisé plusieurs acquisitions : des petites miroiteries de village mais aussi, plus récemment, celle d’une entreprise appartenant au groupe AGC".

Si les premières opérations se sont déroulées sans difficulté, la différence de culture entre la filiale d'un groupe industriel (AGC) et une entreprise familiale est encore, cinq ans après le rachat, difficile à gommer.

"Il persiste une forme de défiance des salariés malgré des investissements industriels sur le site et le doublement des effectifs", explique Jonathan Metz. Fort de cette expérience, le dirigeant concentre désormais ses recherches sur des entreprises qui, comme Verrissima (175 salariés, 20 millions d’euros de CA), cultivent l’esprit familial, la confiance et l’agilité. Dix jours avant le premier confinement, le cabinet MBA lui propose le dossier de reprise de la miroiterie Orazio, l’un de ses fournisseurs qu’il connaît bien. Après des échanges en visio et deux visites de l’entreprise d’Agen, le courant passe entre Jonathan Metz et Jean-François Orazio, deux quadras en deuxième génération d’entreprises familiales qui partagent la même philosophie du travail. Et leurs activités sont complémentaires en termes géographique, de savoir-faire et de marché. L’alliance est scellée en 10 mois, le temps de tout étudier à livre ouvert et de tout écrire dans les moindres détails dans une ambiance de confiance et de respect. Confortant cet engagement de pérennité, Samuel Metz, frère de Jonathan, a déménagé avec sa famille dans la région d’Agen pour prendre la direction de l’entreprise Orazio.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition