Lyon

Vénissieux : Le site Robert Bosch SAS va cesser ses activités dans un an

Par Audrey Henrion, le 07 mars 2016

L’annonce sera faite officiellement ce jeudi 10 mars aux salariés. L'activité automobile de Bosch Vénissieux pourrait être remplacée par la production d'un nouveau système de chauffage, adossant chaudière et pompe à chaleur. Son inventeur cherche justement un site d'implantation adapté.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

L’un des trois sites de production de l’usine Bosch, à Vénissieux, va cesser ses activités dans un an. L’annonce sera faite officiellement ce jeudi 10 mars aux salariés de Robert Bosch SAS (activité automobile). Une réunion téléphonique doit d’ailleurs se tenir ce soir, mardi 7 mars, entre les syndicats, la direction et le représentant de l’Etat en charge du redressement productif, Simon-Pierre Eury.



Ce site, spécialisé dans la fabrication de composants diesel d’ancienne génération compte aujourd’hui 150 personnes pour 15 M€ de CA. Parmi eux, 50 salariés dédiés au bureau d’études qui ne seraient pas concernés par l’arrêt de la production. « Nous fabriquons un produit désormais obsolète, indique le directeur technique de Bosch, Marc Bauemlin. Le siège nous a fait savoir il y a un an que l’activité devrait muter, nous laissant le temps de trouver vers quoi, pour éviter au maximum la casse sociale». Se posait alors la question de savoir par quoi la remplacer. « Nous avons créé une commission de recherche d’activité qui a commencé ses travaux au mois d’octobre dernier, indique le dirigeant. Cette activité de substitution pourrait permettre aux 100 salariés concernés de conserver leur emploi. Pour trouver ce nouveau projet industriel, des spécialistes du groupe ont participé à l’équipe de recherche, un cabinet d’expertise accompagne le CE et j’ai sollicité les organismes tels que l’Aderly pour nous aider dans nos travaux » poursuit-il.



Il s’avère qu’un industriel serait très intéressé pour s’implanter sur le site. Il vient de déposer un brevet de fabrication de chaudière adossée à une pompe à chaleur pour chauffer les résidences individuelles d’au moins 150 m². « Un produit haut de gamme » souligne cette source syndicale. L’industriel en question se montre d’autant plus intéressé que Bosch pourrait l’aider dans l’industrialisation de son produit, proposant même de créer un joint-venture. Pour l’instant un seul prototype a été fabriqué, ce produit n’est pas encore en vente et son inventeur cherche justement un lieu d’implantation.




Chaudière et pompe à chaleur



Le transfert de l’activité automobile vers celle-ci pourrait s’opérer progressivement avec une montée en puissance d’ici la fin de cette année 2016. Trente salariés seraient alors dédiés à la production, 250 fin 2018. Le hic ? « Bosch ne semble pas être le seul à vouloir accueillir cette technologie. Mais nous faisons confiance à la direction pour mener à bien cette opération » indique ce salarié. Marc Bauemlin se montre lui aussi confiant. « Nous avons montré que l’on sait s’adapter à différentes activités. Nous avions muté une partie de nos personnels et nos activités vers le photovoltaïque, nous pouvons appréhender d’autres changements. Mais rien n’est encore finalisé. Il y a de l’inquiétude il faut le dire. Sur cette branche comme sur l’hydroélectrique ».



Depuis le 2 février dernier les équipes dédiées à l’hydroélectrique (Bosch Rexroth DSI, 380 salariés, 80 M€ de CA) ont appris qu’elles devraient réaliser 19 millions d’économies d’ici à fin 2018. Marc Bauemlin et ses équipes présenteront cette fois le plan d’économie fin avril.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises