Attractivité

Toyota, SAP, Google : ce que les grands groupes étrangers ont promis à Macron

Par Stéphane Vandangeon, le 22 janvier 2018

Opération de communication réussie pour Emmanuel Macron. Le président de la République a réuni ce lundi 22 janvier 140 dirigeants d'entreprises étrangères pour les convaincre d'investir en France. Plusieurs d'entre eux ont annoncé des investissements massifs, dans le Nord, en Bretagne, en Alsace et à Paris.

Sundar Pichai mise sur l'ouest de la France. "La Bretagne sera notre région pilote, avec l'ouverture d'un Google Hub à Rennes au premier semestre 2018", a annoncé le PDG de Google. — Photo : Google

Réunis au Château de Versailles, les dirigeants de grandes entreprises mondiales ont profité de la grande opération de séduction d'Emmanuel Macron, baptisée "Choose France", pour distiller leurs projets d'investissements. Voici les cinq principaux, dont la somme dépasse les trois milliards d'euros. 

Toyota va créer 700 emplois à Valenciennes

Pour l'occasion, Emmanuel Macron s'est déplacé dans le Nord. Le groupe japonais Toyota va injecter 700 millions d'euros sur son site d'Onnaing, situé près de Valenciennes. Devant générer 700 emplois, cet investissement va permettre à l'entreprise de produire davantage de Yaris (300 000 par an, contre 237 000 en 2016) ainsi qu'un nouveau véhicule. 

2 milliards d'euros pour SAP

L'éditeur de logiciels SAP gagne la palme du plus gros investissement de cette journée versaillaise. Le groupe allemand projette d'investir deux milliards d'euros en France dans les cinq ans. Le groupe va créer un fonds permettant d'accompagner et de financer 50 start-up. 750 millions d'euros seront également consacrés à la R&D. Enfin, le groupe signe l'acquisition de Recast.AI, une start-up parisienne fondée en 2015 et spécialisée dans le traitement du langage et les robots conversationnels. 

Google mise sur la Bretagne 

Le géant américain a annoncé la création d'un centre de recherche consacré à l'intelligence artificielle à Paris. Le groupe va se doter de 6 000  m² de bureaux et va doubler ses effectifs français pour les porter à 1 000 salariés, a indiqué le PDG de Google Sundar Pichai. En outre, le groupe compte former 100 000 Français au numérique. Pour cela, il va créer quatre centres en France. Le premier verra le jour avant l'été à Rennes."La Bretagne sera notre région pilote, avec l'ouverture d'un Google Hub à Rennes au premier semestre 2018", a indiqué le PDG de Google. L'implantation des trois autres centres n'est pas pour l'instant connue. 

Novartis confirme en Alsace

Le groupe pharmaceutique suisse a profité de son entrevue avec Emmanuel Macron pour réaffirmer un investissement de 100 millions d'euros en Alsace, sur son site de Huningue. À la clé, la création d'une centaine d'emplois pour ce site spécialisé dans la production de substances actives entrant dans la composition de médicaments contre l’asthme ou le psoriasis. Le groupe a par ailleurs confirmé 800 millions d'euros d'investissements, dont 300 pour un nouveau siège social en région parisienne. 

Facebook va former 65 000 Français

Le réseau social américain annonce deux séries de mesures. Il va former 65 000 Français au numérique, dont 50 000 personnes éloignées de l'emploi. Il compte aussi accroître ses compétences en matière de recherche. Cela va notamment passer par une trentaine de docteurs et d'ingénieurs pour doubler son équipe parisienne spécialisée dans l'intelligence artificielle et par un investissement de 10 millions d'euros.

Sundar Pichai mise sur l'ouest de la France. "La Bretagne sera notre région pilote, avec l'ouverture d'un Google Hub à Rennes au premier semestre 2018", a annoncé le PDG de Google. — Photo : Google