Brest

Naval

Sous-marins de la DCNS : l'Australie et la France signent un contrat historique

Par la rédaction, le 19 décembre 2016

La commande historique passée par l'Australie à la France, portant sur douze sous-marins, devrait être signée mardi 20 décembre. Le constructeur naval français, DCNS, était entré en négociation exclusive avec l'Australie depuis le printemps.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le ministre de la Défense français, Jean-Yves Le Drian, et le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull vont signer mardi 20 décembre un contrat portant sur la construction de douze sous-marins. 

Le constructeur naval DCNS était rentré en négociation exclusive depuis plusieurs mois avec l’Australie pour finaliser l’opération. Il avait été choisi en avril dernier à l'issue d'une vraie compétition technique et commerciale face aux Allemands de ThyssenKrupp Marine Systems ainsi qu'un consortium japonais. 


Le contrat, estimé à 34 milliards d’euros, devrait représenter 4 millions d’heures de travail pour DCNS. Et pourrait offrir plus de dix ans de visibilité au groupe industriel. Les futurs engins seront dans la lignée et dans la filiation du Barracuda, dont le programme est en cours de réalisation à Cherbourg, rapporte le quotidien Paris-Normandie. Selon les données de l’industriel français, 4 000 employés seront concernés par le contrat australien, dont beaucoup sur le site de DCNS à Cherbourg (Manche), principal site de production de sous-marins pour DCNS. Des emplois « pas forcément à temps plein et (essentiellement) pour les phases de développement », a précisé le PDG du groupe Hervé Guillou, cité par Paris-Normandie lors d'une visite officielle à Cherbourg le 14 décembre. 

DCNS emploie 13.000 collaborateurs sur 12 sites en France, notamment à Toulon, Saint-Tropez, Nantes, Cherbourg, Lorient, Angoulême, Paris et Brest. Il réalise trois milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition