France

Ressources humaines

Prime Macron : les PME mettent la main à la poche

Par Philippe Flamand, le 18 février 2019

Les entreprises toutes tailles confondues ont majoritairement accepté de verser une prime exceptionnelle à leurs salariés, à la suite de l'appel du président de la République début décembre, selon une enquête de l'ANDRH. Les PME se montrent plus généreuses que les grands groupes.

Le montant moyen versé par les entreprises de moins de 50 salariés (687 euros) est plus important que celui versé par les entreprises de taille supérieure. — Photo : DR

Si les grands groupes ont été nombreux à répondre à la demande du président de la République qui les incitait, le 10 décembre 2018, à verser une prime exceptionnelle défiscalisée à leurs salariés, les PME et les ETI ont également mis la main à la poche.

L'association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) a interrogé ses adhérents sur la réalité de cette pratique. Sur les 400 entreprises qui ont répondu au sondage, 74 % affirment avoir déjà versé une prime exceptionnelle à leurs salariés ou avoir l'intention de le faire pour un montant moyen de 532 euros. Parmi ces entreprises vertueuses 70 % ont entre 50 et 1 000 salariés.

Les PME plus généreuses que les grands groupes

À noter que le montant moyen versé par les entreprises de moins de 50 salariés (687 euros) est plus important que celui versé par les entreprises de taille supérieure (530 euros entre 50 et 299 salariés, 467 euros entre 300 et 999 salariés), sans doute parce ces dernières ont également des dispositifs de participation (obligatoire) ou d'intéressement (facultatif). Par ailleurs, 40 % des groupes de plus de mille salariés ont choisi de moduler le montant de la prime en fonction du niveau de rémunération des salariés, quand les petites entreprises de moins de 11 salariés ont au contraire majoritairement (67 %) fait le choix d’un montant fixe pour tous. Les entreprises peuvent également faire varier le montant de la prime suivant l'ancienneté des salariés (c’est le choix de 62 % des entreprises répondantes de 11 à 49 salariés et de 68 % des entreprises de 50 à 299 salariés).

Rappelons que cette prime exceptionnelle ne peut être versée avant le 31 mars 2019 qu'à des salariés dont la rémunération est inférieure à trois fois le Smic pour être exonérée d'impôt sur le revenu, de cotisations sociales patronales et salariales et de prélèvements sociaux, et dans une limite d'exonération de 1 000 euros. Au-delà de trois fois le Smic, les salaires ne sont plus éligibles à la défiscalisation.

Le montant moyen versé par les entreprises de moins de 50 salariés (687 euros) est plus important que celui versé par les entreprises de taille supérieure. — Photo : DR