Présidentielle : ces propositions qui vont changer le quotidien des dirigeants

Par La rédaction, le 20 mars 2017

Le conseil constitutionnel a dévoilé la liste des candidats à l’élection présidentielle. Onze participants ont réussi à obtenir les 500 parrainages suffisants. C’est désormais le temps des débats qui s’ouvre. Le premier s'est déroulé lundi 20 mars sur TF1. L’occasion de faire un tour d’horizon des mesures économiques des candidats qui impacteront directement le quotidien des chefs d’entreprise.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Encadrer le salaire des patrons, augmenter le Smic, instaurer une assurance chômage pour les entrepreneurs… C’est ce que proposent les « principaux » candidats à l’élection présidentielle : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Autant de mesures qui touchent directement ou indirectement le quotidien des patrons dans la gestion de leur entreprise. A l’occasion du premier débat, nous avons extrait des programmes de chacun trois mesures économiques qui pourraient changer leur vie. A vous de juger.




François Fillon



Malgré sa mise en examen,
le candidat des Républicains a tenu bon
. Il se positionne d’ailleurs en tête de notre consultation, effectuée il y a quelques semaines. Son programme libéral en matière économique propose plusieurs mesures concrètes à l’endroit des chefs d’entreprise. Il entend, par exemple,
diminuer progressivement l’impôt sur les sociétés (IS). Au terme du quinquennat, il espère le ramener à 25%. Objectif ? « Améliorer la compétitivité de nos entreprises et la création d’emplois en France. »  Si le Sarthois est élu, il envisage de faciliter les recrutements dans les entreprises. Pour ce faire, il promet de
rénover le contrat de travail en créant un contrat de mission pour une durée limitée, un contrat à cause de ruptures prédéfinies… Enfin, les chefs d’entreprise pourront avoir recours au
référendum d’entreprise.



Benoît Hamon



Le candidat du Parti socialiste (PS) et d’Europe Ecologie les Verts (EELV) Benoît Hamon n’appartient pas à l’aile la plus libérale de son parti. Mais
il ne délaisse pas pour autant les chefs d’entreprise dans sa profession de foi. L’ex-ministre délégué à l'Economie sociale et solidaire promet, entre autres, de favoriser le made in France. «
50 % des marchés publics seront réservés aux petites et moyennes entreprises (PME-PMI-TPE) », prévoit-il dans son programme. Le vainqueur de la primaire espère également
revaloriser le Smic de 10% dès son arrivée au pouvoir et créer un statut social unique pour tous les actifs afin de dépasser la distinction entre salariat et travail indépendant. Enfin, Benoît Hamon entend encourager les entreprises à
réinvestir leurs bénéfices par la modulation de l’impôt sur les sociétés.




Marine Le Pen



Dans son entreprise de « dédiabolisation » du Front national,
Marine Le Pen a construit un programme beaucoup moins libéral que celui proposé par son père il y a 15 ans. La candidate propose
le rétablissement d’une monnaie nationale comme levier de compétitivité. Cette mesure s’inscrit dans ce qu’elle appelle la « mise en place d’un protectionnisme intelligent ». Très discutée, cette mesure pourrait avoir
comme conséquence d’augmenter le prix des produits importés. Si elle est élue, Marine Le Pen promet également de  
« mettre en place une taxe additionnelle sur l’embauche de salariés étrangers afin d’assurer la priorité nationale à l’emploi des Français ». Enfin, au chapitre du financement des entreprises, la candidate frontiste entend
créer des taux préférentiels à destination des TPE sous la supervision de la Banque de France.




Emmanuel Macron




Une assurance chômage pour les entrepreneurs. C’est l’une des mesures proposées par
le candidat d’En Marche. En somme, Emmanuel Macron propose un filet de sécurité pour les créateurs d’entreprise. Il propose également de l’étendre à tous ceux qui démissionnent de leur entreprise, ainsi qu’aux indépendants et aux professions libérales. Pour aider les entreprises à embaucher, Emmanuel Macron propose d'en «
baisser les cotisations sociales employeurs de 6 points en remplacement du crédit d'impôt compétitivité emploi, et jusqu’à 10 points au niveau du Smic. Les employeurs économiseront près de 1.800 euros par an et par salarié au Smic », chiffre le candidat. Face aux nombreuses règles, le candidat propose
un site internet unique pour aider les chefs d’entreprise. Celui-ci a pour objectif de donner à chaque TPE ou PME les obligations légales et conventionnelles qu’elle doit respecter en fonction de sa situation. 




Jean-Luc Mélenchon 



Le
candidat de la France Insoumise, s’il est élu, promet de
limiter les LBO (leveraged buy-out) « aux seules procédures de reprise des entreprises par les salariés ». Il veut également
encadrer les salaires les plus hauts dans les entreprises. Pour finir, Jean-Luc Mélenchon estime, par exemple, qu’il faut
augmenter le Smic de 16%.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture