Vendée

Fusion-acquisition

Témoignage Partson : "J'ai redonné des perspectives aux salariés des entreprises que j'ai reprises"

Par Olivia Bassi, le 20 mai 2021

Wilfried Guilment a fondé le groupe Partson en 2006 en se donnant pour objectif de réunir les savoir-faire français en chapeaux et casquettes avant qu'ils ne disparaissent totalement. 

Wilfried Guilment, président du groupe Partson, à Fontenay-Le-Comte en Vendée.
Wilfried Guilment, président du groupe Partson, à Fontenay-Le-Comte en Vendée. — Photo : Groupe Partson

Quand il rachète l'entreprise de son grand-père en 2006, Wilfried Guilment constate avec regret la disparition de la moitié des chapelleries françaises. A Fontenay-le-Comte (Vendée), il crée le groupe Partson avec l'idée des réunir les savoir-faire si particuliers liés à cet accessoire. Paille, feutre, plissé de cuir, couture, piqûre, dressage, formage, modelage à chaud : Wilfried Guilment rachète un à un de petits ateliers pour élargir la palette de techniques. Et se mettre à l'abri des aléas de la mode. "Après la casquette, la grosse tendance de l'année 2021, c'est le bob", illustre le dirigeant. Il se donne aussi des moyens supplémentaires de production et réintègre des productions sous-traitées. Car son carnet de commande a explosé depuis 2018 avec l'arrivée de LVMH parmi ses clients aux côtés d'Hermes. Atelier de confection Marie Pirch en 2006, chapeaux Céline Robert en avril 2020, maroquinerie Mamet & Varennes en juillet 2020, Chapellerie du Loir en mars 2021 : les acquisitions se succèdent pour répondre à la demande de couvre-chefs made in France. "Le groupe apporte un carnet de commandes bien rempli et un nouveau souffle à ces maisons historiques", assure Wilfried Guilment. Il assure n'avoir aucun mal à convaincre les sociétés de se rapprocher de son groupe en cette année compliquée. "Je donne une vision aux salariés qui peuvent ainsi se concentrer sur leur métier. Je conserve les équipes, les locaux, les marques et le nom des ateliers porteurs d'histoire". Le dirigeant veille à l'équité salariale et prépare un accord d'intéressement. "La réussite de l'entreprise est d'abord celle des salariés. Il est normal de redistribuer les résultats". Fort de 98 salariés, le groupe Partson réalise un petit chiffre d'affaires de 3 millions en 2020, le temps de relancer les ateliers. Il vise le double en 2025.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition