Open data : les comptes des entreprises désormais en accès libre

Par X.P., le 04 avril 2017

Le mouvement d'ouverture des données (open data) gagne les grandes administrations depuis le début de l'année. Après les greffiers des tribunaux de commerce, c'est l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi), en charge de centraliser le registre du commerce et des sociétés, qui met à disposition de nombreuses informations financières sur les entreprises.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

C’est une vraie mine d’or que
l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi) vient de rendre publique. Dans le cadre du mouvement d’ouverture des données (open data),
l’Inpi met gratuitement à disposition les informations issues du registre du commerce et des sociétés (RCS).

PME, services publics, grandes entreprises et particuliers... tout un chacun peut désormais se saisir de ces informations financières. Ces dernières contiennent les données de bilans, les comptes de résultats, des immobilisations, des amortissements et des provisions
« qui n’ont pas été assortis d’une déclaration de confidentialité par les entreprises, comme le permet la législation pour les micro et les petites entreprises », précise l’Inpi, qui a pour rôle de centraliser le RCS.

Un accès sous une licence gratuite

En tout, c’est environ 1,2 million de comptes annuels qui sont déposés chaque année chiffre dès à présent l’Inpi. A l’heure actuelle, le service ne couvre que les comptes déposés en 2017.

Voulue par le gouvernement, l’ouverture des données a pour objectif de favoriser la création de service innovant
« à valeur ajoutée pour l’économie » : base de données à usage interne, analyse financière, études et statistiques, aide à la décision, etc. La réutilisation de ces données est néanmoins soumise à l’acceptation d’une licence gratuite. Pour profiter pleinement de ces informations, il vous faudra quelques compétences en informatique :
celles-ci étant disponibles sous le format XML via un serveur FTP.

Les administrations contraints de partager leurs données

Conséquence de la loi pour une République numérique, votée en octobre, de nombreuses administrations ont ouvert leurs données depuis le début de l’année. Exemple ?
Les greffiers des tribunaux de commerces ont également lancé, en janvier, un site qui permet aux professionnels et particuliers d’accéder à certaines données : radiations, créations d’entreprises…

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture