Industrie

Nutrition animale : Le Vendéen Difagri va construire une usine d'environ 5.000 m²

Par Florent Godard, le 22 juin 2015

AGROALIMENTAIRE. Fabricant de compléments alimentaires pour l’élevage, le Vendéen Difagri déménagera vers l’automne 2016 dans un nouveau site de 4.800 m² à Saint-Hilaire de Loulay. Jusqu’ici implantée au cœur de la commune, la PME (21 salariés) va injecter plus de 6 millions d’euros dans l’opération.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

A Saint-Hilaire de Loulay, dans le Nord Vendée, la société Difagri prévoit de déménager à l’automne 2016 sur la pôle d’activités des Marches de Bretagne. Le spécialiste de la nutrition animale veut y construire un bâtiment de 4.800 m² (contre 1.800 m² sur son site actuel), doté d’une tour de 30 mètres de haut. Début des travaux à partir de l’automne 2015.

L’accord de vente du terrain (1,9 hectare) par la communauté de communes des Terres de Montaigu devait intervenir lundi 22 juin en soirée. Les autorisations administratives sont en cours d’instruction.

Spécialités nutritionnelles
Créée en 1973, Difagri (21 salariés ; 8,7 M€ de CA) fabrique des « spécialités nutritionnelles » destinées à renforcer les défenses immunitaires ou à combler les carences des animaux d'élevage.

A base notamment de minéraux et de vitamines, ses produits s’ajoutent à l’alimentation quotidienne de l’animal, souvent à des moments-clés : lors des inséminations, des périodes de récupérations après la mise bas etc. « On se positionne entre l’alimentation et les médicaments vétérinaires », résume Philippe Gauthier, son président.


6 M€ investis, terrain, usine et équipement compris
« Aujourd'hui nous n’avons plus un mètre carré de disponible, ce qui nous oblige à externaliser la gestion de certains stocks chez des logisticiens, explique Philippe Gauthier. Et difficile d’étendre notre usine actuelle, située dans une zone artisanale entourée d’habitations, donc peu adaptée pour l’industrie, avec ses rythmes en 2x8 et ses bruits de chariots à 6h du matin…» 

Evaluée à plus de six millions d’euros d’investissement, la future usine sera l’occasion d’améliorer les conditions de travail, via notamment une plus grande automatisation de la production. « L’opérateur pourra programmer des recettes en les pianotant sur son clavier, entraînant alors le dosage des matières premières et le mélange », expose le dirigeant. 

L’occasion, aussi, de mettre l’outil aux nouvelles normes (environnement, sécurité) et d'augmenter ses capacités de production, avec la possibilité d'installer d’une ligne supplémentaire à l’avenir. 



Débuts à l’international

En plein essor depuis 2008, Difagri a depuis augmenté de moitié ses effectifs et plus que doublé son chiffre d’affaires. Profitable, la PME vise la barre des 12M€ de chiffre d’affaires d’ici cinq ans. Des recrutements ont débuté. 

Son patron bénéficie du soutien du programme croissance du Réseau Entreprendre Vendée, qui met à disposition des chefs d’entreprises locaux pour l’aider à avancer.

Sa stratégie pour grandir a consisté à étendre peu à peu sa couverture géographique ainsi que son mix produit. Outre les recettes pour les éleveurs et distributeurs d'agrofournitures, Difagri a ainsi étoffé sa gamme de produits à destination des fabricants d'aliments du bétail. A noter qu’il vend sous sa propre marque ou pour celles de grands noms européens de la nutrition animale.

Alors qu’elle intervenait de la Bretagne au Poitou auparavant, la PME livre aujourd’hui l’ensemble de l’Hexagone et même 14 pays étrangers, de l’Asie à l’Amérique du Sud. L’export représente 10% de l’activité.

Sur son « marché de niche » de la diététique animale en France, le Vendéen explique « peser parmi les indépendants » mais rester « tout petit à côté de grands groupes » comme Cargill ou InVivo NSA.



Troisième grande implantation sur les Terres de Montaigu

Insistant sur sa volonté de conserver l’emploi sur le territoire et sur la réactivité de la communauté de communes, le Vendéen devrait s’installer à proximité de Sonamia (assemblage et distribution de pneus, roues et essieux), qui dispose de 24.000 m² et près du futur site logistique de Sofinther (appareils de chauffage, pièces de plomberie…) prévu au printemps 2016.

Zone d'activités étendue sur 60 hectares, non loin de l’autoroute A83, le pôle des Marches de Bretagne de Saint-Hilaire de Loulay devrait faire l’objet de nouvelles annonces d’implantations prochainement. «Des options ont été mises sur une grande partie des terrains », confie Antoine Chereau, le président de la communauté de communes des Terres de Montaigu. La collectivité envisage déjà de l’étendre.



Difagri (Saint-Hilaire-de-Loulay)
Président: Philippe Gauthier
21 salariés ; 8,7 M€ de CA
02 51 94 04 48 ; www.difagri.fr

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail