Mécénat

Témoignage « Notre TPE s'est lancée dans le mécénat pour aider une association qui fait vivre le territoire »

Par la rédaction, le 15 janvier 2020

Quand on est une petite entreprise, on peut aussi s’engager dans une politique de mécénat. C’est ce qu’a choisi Amandine Falaize. La dirigeante de Business Dream, un cabinet de conseil spécialisé dans l’immobilier, basé à Créteil (Val-de-Marne), a notamment profité des nouvelles règles fiscales pour aller plus loin dans sa démarche.

Amandine Falaize, dirigeante de Business Dream.
Pour Amandine Falaize, dirigeante de Business Dream, « le nouveau dispositif fiscal autour du mécénat permet d’alléger le coût du don pour l’entreprise ». — Photo : DR

« Business Dream est une jeune entreprise, créée en 2014. J’ai eu envie, quand le chiffre d’affaires s’est développé, de soutenir une organisation à but non lucratif. En m’informant sur le fonctionnement du mécénat pour les TPE et PME, j’ai découvert cette règle des 5 pour mille du chiffre d’affaires, qui pose vite un plafond, c’est vrai (la réduction d’impôt pour les entreprises mécènes est à hauteur de 60 % des dons, dans une limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires HT de l’entreprise, NDLR).

Quand j’ai pris connaissance de la réforme du mécénat avec la loi Pacte, qui rehausse le plafond à 10 000 €, j’ai pris la décision d’engager un montant plus important. Car ce nouveau dispositif fiscal permet d’alléger le coût du don pour l’entreprise.

Un prolongement des valeurs de l'entreprise

Bien sûr, au niveau des TPE, les montants que nous versons à titre de mécénat peuvent paraître modestes au regard de ceux versés par les grands groupes. Mais quand on connaît les associations qui font vivre nos territoires, on sait que même un don de 5 000 € ou 10 000 € peut les aider à consolider leur budget. Nous avons choisi d’aider un fonds de dotation destiné à développer une pépinière associative, dans notre département. Et en plus de cet engagement, nous avons le projet de mettre en place du mécénat de compétences.

Le mécénat est une évidence chez Business Dream, qui affiche comme valeur fondatrice que le bien le plus précieux d’une structure, quelle qu’elle soit, c’est son capital humain. C’est en quelque sorte le prolongement de nos valeurs et même d’engagements personnels qui existaient déjà chez les cinq membres du cabinet. »

Amandine Falaize, dirigeante de Business Dream.
Pour Amandine Falaize, dirigeante de Business Dream, « le nouveau dispositif fiscal autour du mécénat permet d’alléger le coût du don pour l’entreprise ». — Photo : DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail