Nice

Nice : Ses biscuits désormais remboursés par la Sécurité sociale, Solidages va pivoter

Par Gaëlle Cloarec, le 17 mars 2017

Imaginés par le professeur Isabelle Prêcheur du CHU de Nice, commercialisés par l'entreprise niçoise Solidages, les biscuits hyperprotéinés Protibis, qui aident les patients à maintenir ou à prendre du poids, sont pris en charge par la Sécurité sociale depuis le 1er mars. Et cela change pas mal de choses.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

C'est une étape importante que vient de passer l'entreprise niçoise Solidages. Fondée en 2010 et dirigée par Cyril Sablayrolles, elle est le relais commercial des innovations du CHU de Nice en matière de santé buccale. Avec un produit phare, les galettes Protibis, remboursées par la Sécurité Sociale depuis le 1er mars dernier.

Complément nutritionnel solide

Les biscuits Protibis, souvenez-vous, ce sont ceux qui avaient permis en 2010 à 33 mineurs chiliens retenus 69 jours dans la mine de San José de lutter contre la dénutrition. Un coup de pub inattendu pour Solidages qui venait alors de lancer la commercialisation de ces galettes, dont l’originalité est de proposer aux patients dénutris un complément nutritionnel solide, croustillant, hyperprotéiné et d’aspect non médical. Depuis, "quelques millions de biscuits ont été vendus", indique Cyril Sablayrolles, en France, mais aussi à l'export dont "les ventes progressent de 10% chaque année". Les galettes Protibis sont distribuées en pharmacie et dans les établissements de santé (hôpitaux, Ehpad).

Changement de stratégie

La prise en charge de Protibis a été obtenue par Solidages sur la base d'études cliniques et médico-économiques réalisées par le CHU de Nice. Une démarche de cinq ans qui va immanquablement renforcer la position du complément nutritionnel comme alternative aux textures lactées. "Il est particulièrement adapté aux personnes âgées mais aussi aux malades atteints de cancer, d'Alzheimer, de diabète ou encore les patients dialysés en séance", précise le dirigeant. Qui, stratégiquement parlant, doit désormais pivoter "pour entrer dans une logique de prescription". Et donc prêcher la bonne parole auprès des médecins généralistes, gériatres, diététiciens et autres dentistes. Cyril Sablayrolles table sur "une augmentation certaine" du chiffre d'affaires (tenu confidentiel) de Solidages. Il se réjouit "de la dimension éthique de cette prise en charge qui va dans l'intérêt des patients". Et vient renforcer le CHU de Nice dans sa politique de recherche et d'innovation.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture