Marseille : Messagerie instantanée : l'éditeur KeeeX lève 100.000 euros

Par la rédaction, le 13 avril 2016

L'entreprise marseillaise KeeeX vient de lever 100.000 euros auprès d'investisseurs privés. Fondée par Laurent Henocque en 2014, KeeeX édite une solution de messagerie instantanée et agile, sécurisée et ultra-confidentielle.
Photo : Le Journal des Entreprises

Comment sécuriser vos échanges de données entre collaborateurs au sein d'une même entreprise ? Laurent Henocque, ancien enseignant-chercheur de l'Université Aix-Marseille en programmation et génie logiciel s'est penché sur la question. En 2014, il a donné naissance à l'entreprise KeeeX (3 salariés) qui édite
une solution de messagerie instantanée et agile. Une sorte de "Whatsapp" mais pour les entreprises, sécurisée et ultra-confidentielle. A l'origine, le projet est issu de la recherche universitaire de Laurent Henocque qui a déposé deux brevets. Ces brevets français en cours d'expansion aux Etats-Unis et dans l'Union européenne portent sur le procédé garantissant
l'absence de modification d'un fichier partagé entre plusieurs personnes et la décentralisation des données. 


La solution proposée par Keeex vise à répondre à l'incertitude ayant trait à 
la sécurité des données des entreprises dans le cloud. « Les échanges sont cryptés de bout en bout », explique Laurent Henocque qui revendique, en outre, une totale compatibilité de son activité avec les exigences de la Cnil (Commission nationale de l'informatique et des libertés). « Notre solution laisse les données aux utilisateurs. Là est notre éthique », poursuit le chef d'entreprise. Le système permet d'échapper au Patriot Act qui prévoit un accès des agences américaines à toutes les données informatiques hébergées sur le sol américain.



Pour continuer à se développer commercialement et en R&D,
l'entreprise vient de lever 100.000 euros auprès d'investisseurs privés. L'entreprise bénéficie en outre d'un financement mixte de BPIfrance et de la Région Paca pour un montant total de 500.000 euros. « Cette levée de fonds relais doit nous permettre d'initier une activité commerciale et préparer une levée de fonds plus importante de l'ordre de 2 millions d'euros » , indique Laurent Henocque.

Photo : Le Journal des Entreprises