Lyon : Les compagnies aériennes tiquent sur la privatisation de St-Exupéry

Par la rédaction, le 18 mars 2016

Sans compagnies aériennes, "un aéroport n’est plus qu’un centre commercial éloigné" disent les trois principales organisations professionnelles des compagnies aériennes internationales installées en France.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Trois organisations représentant les compagnies aériennes présentes dans l’Hexagone ont adressé en fin de semaine un message à Emmanuel Macron, le ministre de l’Economie, afin de lui demander défendre leurs intérêts dans un contexte de privatisation des aéroports de Lyon et Nice. « L’appel d’offres, écrivent-elles dans un communiqué, ne tient absolument pas compte des contraintes et des besoins des compagnies desservant les aéroports. C’est pourquoi le BAR-France, la CSTA, membre de la FNAM, et IATA souhaitent que les compagnies aériennes soient associées au processus de privatisation et puissent donner leur avis ». Les associations indiquent que « la privatisation d'un aéroport peut entraîner une hausse des billets d'avion si les tarifs des redevances deviennent trop élevés, une limitation des investissements aéroportuaires nécessaires au développement du trafic et au soutien économique de la Région, avec possibilité pour l'aéroport d’orienter ses choix vers d'autres investissements plus rémunérateurs (boutiques, restaurants..), une dégradation possible de la qualité de services fournie aux passagers ». Or selon elles, « sans compagnies aériennes, un aéroport n’est plus qu’un centre commercial éloigné ».

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition