Conjoncture

Les entreprises de moins en moins en retard dans leurs paiements

Par E.V., le 14 septembre 2017

La durée des retards de paiement des entreprises est passée sous les 11 jours au deuxième trimestre 2017, avance la société Altares dans sa dernière étude.

Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Les entreprises font des efforts pour payer leurs fournisseurs en temps et en heure et cela se voit. Au deuxième trimestre, la durée des retards de paiement est passée sous la barre des onze jours (10,93 exactement), selon le dernier Observatoire des comportements de paiement des entreprises publié par Altares. C'est quasiment dix jours de retard de moins qu'il y a vingt ans, témoigne le cabinet.

Le bâtiment bon élève

Le délai de paiement contractuel constaté par Altares est aujourd'hui d'environ 50 jours (contre 70 jours il y a vingt ans). Dans le détail, 43,4 % des paiements de facture ont été effectués sans aucun retard par rapport au délai légal sur les premiers mois de l'année (seulement 36 % en 2015). Dans ce domaine, les bons élèves sont les acteurs du bâtiment, pour beaucoup des artisans, qui sont 60 % à régler leurs factures sans retard. Les secteurs les plus "mauvais" payeurs sont le transport-logistique (seules 28 % des structures y respectent les dates de facture), l’information et communication (31,6 %) et l’industrie (35 %).

Altares met en avant la "réglementation", la "prévention" ainsi que les "sanctions" comme raisons principales de l'amélioration des retards de paiement. « Plus encore, c’est la prise de conscience du danger que fait peser le non-respect des délais de règlement sur le développement des entreprises qui sera la clé du changement durable des comportements de paiement », analyse Thierry Million, directeur des études d’Altares, cité dans l'étude.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture