France

RSE

Interview "L’envolée du prix des matières premières crée des conditions favorables au recyclage"

Entretien avec Sophie Génier, directrice services recyclage de Citeo

Propos recueillis par Caroline Scribe - 03 mai 2022

Économiquement parlant, le recyclage  peut être un poste de coûts. Mais l’inflation exacerbée par la guerre en Ukraine change la donne, estime Sophie Génier, directrice services recyclage chez Citeo, une entreprise à mission de 250 salariés, acteur de la responsabilité élargie des producteurs pour les papiers et emballages ménagers.

Pour Sophie Génier, directrice services recyclage chez Citeo,  l’envolée du prix des matières premières crée des conditions favorables au recyclage.
Pour Sophie Génier, directrice services recyclage chez Citeo,  l’envolée du prix des matières premières crée des conditions favorables au recyclage. — Photo : Citeo

Où en sont les différentes filières de recyclage aujourd’hui ?

Les taux sont très différents selon les matières premières. Il atteint 100 % pour l’acier, un matériau qui se recycle très bien. Il est de 85 % pour le verre dont la collecte a été mise en place très tôt. Il est de 64 % pour le papier-carton, de 60 % pour les papiers graphiques et de seulement 28 % pour les plastiques. Il a fallu 30 ans pour atteindre ces niveaux de performance. Mais depuis quatre à cinq ans, nous percevons une accélération qui n’est pas seulement due à la réglementation. Il y a une prise de conscience générale par rapport au réchauffement climatique et à la pollution. Les consommateurs exigent de vraies réponses et les entreprises veulent aller plus loin pour limiter l’impact environnemental de leurs activités. Cette accélération est portée par le recyclage.

Quelles sont les conditions pour pérenniser une filière de recyclage ?

Il faut d’abord que les tonnages de matières mises sur le marché chaque année soient en quantité suffisante pour adresser les technologies et d’un bon niveau de qualité afin d’assurer des débouchés. Cela nécessite d’améliorer, en amont, l’écoconception des emballages pour obtenir une matière recyclée de qualité. Il faut ensuite un dispositif de collecte et de tri performant pour alimenter la filière. La simplification du geste de tri, qui est en cours et qui concernera la totalité de la population française en 2023, va dans ce sens. Aujourd’hui, 9 Français sur 10 disent trier régulièrement. Dans les faits, ce sont plutôt un sur deux. Parallèlement, la modernisation des centres de tri est en cours. En 2015, la France comptait 250 petits centres de tri manuel. Nous en recensons aujourd’hui 163, plus importants, mécanisés et embarquant davantage de technologie, comme le tri optique, afin de traiter les différentes typologies d’emballages. La massification des volumes doit permettre aux recycleurs d’industrialiser leur process en réduisant les risques des investissements nécessaires pour mettre en œuvre des technologies de recyclage innovantes et obtenir une matière recyclée de qualité. Sans cette qualité, il est difficile de trouver des débouchés industriels. Citeo travaille sur tous les maillons de la chaîne de valeur, en interaction avec l’ensemble des parties prenantes, du producteur au recycleur, en passant par les collectivités.

Quelle est la rentabilité de ces modèles ?

Au démarrage, le recyclage est un poste de coûts. Plus on collecte, plus cela coûte cher. Il n’y a pas de solutions miracles. L’objectif du recyclage est de produire de nouvelles matières qui sont réinjectées dans le circuit à un prix qui est plus ou moins compétitif en fonction de l’orientation du marché. Actuellement, l’envolée du prix des matières premières crée des conditions favorables. Et puis, en matière de recyclage, il faut également prendre en compte les externalités positives, comme la création d’emplois locaux, la réduction de l’impact sur l’environnement…

Citeo a récemment lancé un incubateur et un accélérateur de start-up en lien avec le recyclage. Pourquoi ?

Le recyclage est un secteur où il y a beaucoup d’innovation, de l’écoconception au réemploi, en passant par la collecte. Nous souhaitons donc détecter les technologies innovantes, les accompagner à maturation pour les mettre en relation avec l’écosystème. Notre objectif est d’être le plus efficace possible sur le plan technique, environnemental et économique.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition