France

Innovation

Le Deeptech Tour s’élance de Grenoble

Par Philippe Flamand, le 19 septembre 2019

Bpifrance vient de donner le coup d’envoi de sa tournée des campus qui vise à rapprocher le monde de la recherche et celui de l’entreprise. Objectifs : encourager les chercheurs et leurs laboratoires à créer des start-up avec des innovations de rupture. Une vingtaine de dates sont programmées dans toute la France d’ici le printemps prochain.

adn
Le Deeptech Tour va à la rencontre des chercheurs sur les campus pour les inciter à créer des start-up. — Photo : CC0

Sébastien Gravier et les métaux amorphes de sa société Vulkam ; Hamid Lamraoui, fondateur d’Uromems, co-inventeur d’un implant chirurgical contre l’incontinence urinaire ; Jean-Luc Vallejo, pionnier de l’interaction augmentée avec l’entreprise ISKN désormais en phase de croissance avancée : ces trois start-upeurs grenoblois montrent qu’il est possible de créer une entreprise quand on est chercheur. Les trois entrepreneurs ont évoqué leurs parcours en ouverture de la première étape du Deeptech Tour lancé ce jeudi 19 septembre à Grenoble.

Initié par Bpifrance, le Deeptech Tour est le prolongement du plan Deeptech lancé en janvier dernier. Objectifs : faire se rencontrer le monde des laboratoires de recherche et le monde de l’entreprise pour encourager la création par essaimage de « deeptech », ces start-up porteuses d’innovation de rupture dans les secteurs clefs comme la santé ou le développement durable. « Il s’agit de développer les passerelles entre les laboratoires de recherche, l’écosystème local de la création d’entreprise et les financeurs » explique Paul-François Fournier, directeur exécutif innovation de Bpifrance.

2,5 milliards d’euros sur la table

L’État met beaucoup d’argent public sur la table (2,5 milliards d’euros sur cinq ans) pour favoriser l’émergence des projets et aider à la création des start-up, avec l’espoir de faire de la France un des leaders mondiaux des Deeptech.

Le Deeptech Tour veut donner l’envie aux chercheurs de sauter le pas en leur présentant des retours d’expérience riches d’enseignements et en mettant l’accent sur l’éventail des outils existants qui vont faciliter leur démarche, y compris en termes de financement.

Le choix de Grenoble pour donner le top départ de cette tournée des campus semblait évident tant l’écosystème local est riche d’entreprises à succès (Soitec, STMicro, pour ne citer qu’elles) sorties des labos locaux. Une sorte de modèle selon le président de l’université Grenoble-Alpes, Patrick Lévy, qui dessine les contours d’une véritable « Sillicon Valley à la française », aux dires de la ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation Frédérique Vidal.

Prochain rendez-vous du Deeptech Tour : le 6 novembre à Nantes, avec une feuille de route qui devrait compter une vingtaine d’étapes en 2019 et 2020.

adn
Le Deeptech Tour va à la rencontre des chercheurs sur les campus pour les inciter à créer des start-up. — Photo : CC0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.