Pays de la Loire

Technologies

Laval Virtual : ce que la réalité virtuelle apporte aux entreprises

Par Florent Godard, le 03 avril 2018

Apprendre un métier en mode jeu vidéo, contrôler la qualité d’un moteur grâce à des lunettes intelligentes, organiser une visite de magasin en 3D : alors que s'ouvre à Laval (Mayenne), l'un des grands rendez-vous mondiaux dédié à la réalité virtuelle, cette technologie pénètre les entreprises à vitesse grand V, du grand groupe à la PME.

La réalité virtuelle utilisée pour les formations. Ici de peintre.
utilisation de la réalité virtuelle dans une formation de peintre. — Photo : Clarrté

« Plus de 65 % des entreprises utiliseront la réalité virtuelle ou augmentée d’ici à 2021 à l’échelle mondiale ». Celui qui cite ce chiffre étonnant s’appelle Laurent Chrétien, organisateur du salon Laval Virtual, qui attend plus de 300 exposants et 20 000 participants en Mayenne du 4 au 8 avril 2018. L’événement se revendique comme le plus grand salon mondial du secteur. Sa fréquentation a explosé, à l’image de l’engouement des entreprises pour ces nouvelles technologies.

Simuler votre opération chirurgicale

La réalité virtuelle a déjà révolutionné la manière d’apprendre un métier. Un exemple ? L’apprenti médecin qui s’exerce les mains sur les manettes d’un robot de chirurgie. Sur écran, celui-ci voit l'intérieur d’un patient virtuel, ainsi que les conséquences de ses gestes. Un chirurgien confirmé pourra, lui, simuler une opération avant le jour J, en s’exerçant sur le corps numérisé en 3D de son futur patient. « Un moyen de réduire les risques, la durée et le coût de l’intervention », explique Jérôme Esteves, patron du distributeur de matériel Twin Medical.

"S’il applique trop de peinture, un signal rouge apparaît, si c’est une bande jaune, il n’en met pas assez, un marquage vert, c’est parfait"

Ce type de formation virtuelle séduit aussi bien les grands groupes comme Orange que des PME comme le mayennais SDI Services (13 salariés). Cet expert de la peinture industrielle forme en parallèle les salariés de ses clients à son métier, via un casque de réalité virtuelle et un joystick en guise de pistolet. « Dans cet univers virtuel, le néophyte va peindre une porte de voiture, une poutre, une cuve en métal… S’il applique trop de peinture, un signal rouge apparaît, si c’est une bande jaune, il n’en met pas assez, un marquage vert, c’est parfait. Via un écran, le formateur voit les images, puis apporte ses conseils », décrit Pascal Hochart, patron de SDI Services, qui peut se déplacer avec plusieurs casques sous le bras. L'agence nordiste Audace a également fait le choix d'intégrer de la réalité augmentée dans ses formations.

Renault Trucks teste des lunettes pour contrôler les moteurs

Côté production, la réalité virtuelle réduit le temps de conception, avec des maquettes prêtes plus rapidement, pouvant offrir au client la possibilité de mieux visualiser le projet en taille réelle, voire d’y apporter des modifications de manière intuitive… Dans l’usine lyonnaise de Renault Trucks (700 salariés), on l'utilise pour doper le niveau de qualité. Grâce à des lunettes HoloLens, des opérateurs voient s’afficher l’emplacement des 45 points de contrôle à effectuer sur les moteurs de camions (assemblage du turbo, serrage des vis…). Des images colorées se superposent à celles du moteur réel en face d’eux : on appelle ça la réalité "augmentée". En pinçant simplement le pouce et l’index, on valide ensuite un point de contrôle pour passer au suivant.

Conçu avec le bordelais Immersion, ce dispositif est en phase de test. « L’affichage des statistiques et des erreurs redondantes se fait en temps réel, ce qui aide à corriger le tir rapidement », souligne Bertrand Felix, responsable réalité augmentée chez Renault Trucks. Un outil plus intuitif qu’un plan papier. « On compte réduire la charge mentale des salariés et gagner du temps », ajoute Bertrand Félix. 

Tester un magasin

Appliquée au commerce, cette révolution offre à l’internaute la possibilité de se balader dans une boutique e-commerce en 3D, depuis son ordinateur ou via un casque. Libre aussi au commerçant de tester de nouveaux rayonnages auprès de sa clientèle via ce système.

À l’inverse, Ikea, a choisi de faire entrer le produit chez vous. Vous voulez savoir si le canapé en cuir rentre dans votre salon, entre la bibliothèque et la table basse ? Une appli propose de filmer la pièce avec son smartphone ou sa tablette, puis d’intégrer les meubles du catalogue dans l’image (et à la bonne échelle) pour vous faire un avis.

Un pas vers la téléportation

Plus futuriste encore : la réunion virtuelle. Pour entrer en communication à distance, chaque participant se coiffe d’un casque. Un nouveau système en développement scanne et reproduit en temps réel les corps, leurs mouvements, leurs sourires… façon hologramme. C’est « l’holoportation ». « On tend vers une réunion classique : pouvoir partager des photos et vidéos, plancher sur une maquette, s’approcher d’un collègue pour un aparté, etc. », détaille Alexandre Bouchet, directeur de Clarté, un centre d’études et de transfert de technologies basé à Laval.

Et pourquoi pas demain se serrer la main virtuellement ? Des recherches visent à vous faire sentir les contours, le poids et la chaleur d’un objet, via des gants high-tech. Quant à l’odorat, des experts travaillent actuellement sur des synthétiseurs d’odeurs capables de vous faire sentir jusqu’à 32 senteurs ! 

La réalité virtuelle utilisée pour les formations. Ici de peintre.
utilisation de la réalité virtuelle dans une formation de peintre. — Photo : Clarrté

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture