Isère

Electronique

Isère : Après le rachat de Tronics, TDK s'empare du conseil de surveillance

Par la rédaction, le 11 janvier 2017

TDK, le géant de l'électronique japonais, a finalisé en décembre, via sa filiale allemande Epcos, le rachat de l'entreprise iséroise Tronics. Première conséquence : le fabricant français de microsystème électromécanique voit son conseil de surveillance évoluer.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

Ça bouge chez Tronics Microsystems. Le fabricant de mems (microsystème électromécanique) basé à Crolles, à quelques kilomètres de Grenoble (Isère), voit son conseil de surveillance remanié à la suite de
l’offre publique d’achat (OPA) amicale effectuée par le fabricant allemand d'électronique Epcos, filiale du japonais TDK. Le conseil a été
« ajusté le 28 décembre pour refléter l’intégration de Tronics au sein du Groupe TDK et le maintien de la participation de Thales Avionics SAS », précise dans un communiqué l’entreprise iséroise. Avec ses 92 salariés, Tronics, qui conçoit, fabrique et commercialise des mems pour les secteurs de l’industrie, l’aéronautique ou encore le médical, a réalisé 7,8 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015. 




TDK place ses hommes 



C’est Peter Balzer, président et CEO Sensors Business Group d’Epcos, qui prend la tête du conseil de surveillance. Il est entouré de deux autres cadres de l’entreprise basée à Munich : Karsten Loewe et Christoph Scheuren. Le groupe français d'électronique Thales conserve un représentant, Marc Duval-Destin.
« Cette nouvelle configuration apportera une vision complémentaire à la stratégie de croissance de Tronics, assure Peter Balzer, dans un communiqué le 10 janvier.
Une telle évolution démontre la volonté de Tronics, Epcos et TDK d’atteindre nos objectifs communs et procure des perspectives enthousiasmantes pour tout le groupe. » 



Thales reste un actionnaire stratégique 



Un mois auparavant, le 14 décembre, Epcos avait pris le contrôle de Tronics et de
« son portefeuille de 25 familles de brevets ». La filiale allemande du géant japonais TDK (92.000 salariés ; 10,2 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2016) avait lancé une OPA amicale en août sur l’entreprise française fondée en 1997.



A l’issu, de l’opération,
« Epcos a acquis 72,38% des actions en circulation au prix de 13,20 euros, et a ainsi atteint le seuil de réussite fixé à 65,41% ». La transaction se chiffre à 33,4 millions d’euros. Thales Avionics, qui avait accompagné l’entreprise en bourse en 2015 et qui détient une participation de 20,9% dans Tronics, demeure un actionnaire stratégique dans l’entreprise iséroise.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture