Services

Ille-et-Vilaine : Provectio déménage dans un «Fauteuil» plus visible pour son «cloud breton»

Par Virginie Monvoisin, le 15 juillet 2015

Provectio a décidé de déménager de Bruz à Noyal-sur-Vilaine. La société informatique se fait construire un siège plus grand, confortable et visible. Son « Fauteuil » permettra le développement de son « cloud breton ».
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Spécialisé dans les infrastructures de réseau, la maintenance informatique, le cloud et les logiciels libres, Provectio, à Bruz, est à un tournant de son histoire. En dix ans, la société s'est construite un développement constant au rythme de 15 à 20 % de croissance par an, atteignant 1,750 million d'euros de chiffre d'affaires en 2014 (+26 %). Provectio dégage ainsi 5 à 10 % de résultat net. Elle veut aujourd'hui se donner plus de visibilité, et « aller davantage chatouiller nos confrères parisiens », avoue Maxime Charlès, gérant de Provectio. Pour cela, rien de mieux que de s'installer sur la route en direction de... Paris ! L'entreprise a acheté un terrain à Noyal-sur-Vilaine, à côté de TC et Alkante, dans cette nouvelle zone d'activité en bordure de quatre-voies. Sur 2.500 m², Provectio va faire construire 500 m² de bureaux (200 m² resteront disponibles à l'étage pour un aménagement futur, en fonction du développement). Investissement : 500.000 euros pour ce bâtiment conçu par les agences HB2A (architecte à Brest) et ICC Rennes (société d'études et de construction de bâtiment).

« Un siège... mais en mieux ! »
L'équipe prendra place début 2016 dans son nouveau « Fauteuil » : c'est le nom que Maxime Charlès veut donner à ce siège social, « un siège, mais en mieux, plus confortable » ! « Je veux proposer un accueil agréable à mes clients, et de meilleures conditions de travail à mes salariés. C'est aussi important pour recruter et attirer des talents », considère le dirigeant. Il va d'ailleurs recruter trois techniciens et un commercial dans l'année qui vient, pour les besoins de sa croissance. « L'un de nos principaux axes de développement est celui d'un " cloud breton ", que nous avons déposé à l'Inpi et qui bénéficie de la marque Bretagne », détaille Maxime Charlès.

Héberger les données en Bretagne
Son principe : créer un cloud de proximité avec une interconnexion de data en Bretagne. Idéal pour les entreprises bretonnes qui voudraient héberger leurs données sur leur territoire. « Actuellement, on n'a pas le routage qui va bien : les données (même en. bzh) passent par des opérateurs européens ou via Paris, pour revenir en Bretagne ! Or, nous avons les capacités à le faire régionalement. Il faut remettre du bon sens là-dedans », considère Maxime Charlès. Il en appelle aussi à la responsabilité sociétale des entreprises, pour créer des emplois de proximité. « Le produit existe, nous louons des m² dans des datacenters, en autonomie, et on les interconnecte, de Caen à Nantes en passant par Rennes. L'idée est de faire un portail de self-service dans le cloud, en Bretagne, qui sera accessible fin 2015. Il en va de l'autonomie numérique de la Bretagne ! » En parallèle, Provectio met le focus sur la sécurité informatique depuis deux ans : chiffrement de données clients, gestion de flottes mobiles..., et se développe en infogérance. L'entreprise a même ouvert un bureau à Nantes en 2013 (3 salariés) pour se rapprocher de certains clients.

>Provectio (Bruz) : Gérants : Maxime Charlès et Jean-Charles Passard ; 18 salariés ; CA 2014 : 1,750 M€ ; RN : 5 à 10 %;  02 99 85 52 39 ; www.provectio.fr

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail