Haute-Savoie : La start-up de textile Duoo lève 300.000 euros

Par X.P, le 28 septembre 2016

La start-up de Haute-Savoie Duoo, qui fabrique des caleçons pour préserver les testicules des ondes électromagnétiques des smartphones, vient de lever 300.000 euros. Objectif ? Développer son activité commerciale.
Le Journal des Entreprises, l'économie en régions — Photo : Le Journal des Entreprises

« Prendre soins d’elles, c’est protéger ta virilité avant qu’il ne soit trop tard. » Elles, ce sont les testicules des hommes. La phrase est extraite du site internet de la start-up Duoo, basée à Chavanod (Haute-Savoie). Lancée officiellement en 2015, elle fabrique des boxers qui « protègent les testicules des ondes électromagnétiques des smartphones ». Les trois fondateurs Antoine Serouille, Romain Robert et Yohann Barthélemy viennent de lever 300.000 euros auprès d’un « acteur industriel du textile français et de la Banque publique d’investissement (BPI) ».

« Cette somme va nous permettre de développer l’activité commerciale, assure le président de l’entreprise Antoine Serouille. Cela nous a aussi permis de recruter deux nouvelles personnes : un commercial ainsi qu’une personne en charge du web-marketing. » L’entreprise de Haute-Savoie cherche à s’installer de manière dans une boutique éphémère à Paris – pendant trois semaines à plusieurs mois. Duoo devrait aussi étendre sa gamme de produits en proposant des caleçons, slips et tee-shirts.

Il fait chaud alors je me promène en @duoounderwear https://t.co/MxRNluSwAx #Boxers #antiondes #électromagnétiques pic.twitter.com/hLAOnnzjSs

— Come PR (@ComePR)
14 septembre 2016

Le fondateur table sur un chiffre d’affaires de 250.000 euros en 2017. L’entreprise de cinq salariés avait réalisé 20.000 euros de chiffre d’affaires en 2015 et espère réaliser 50.000 euros en 2016.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture