Cannes : Thales Alenia Space en route pour Mars

Par G.C., le 15 mars 2016

Conçue et en partie fabriquée à Cannes par le leader européen des satellites Thales Alenia Space, la sonde ExoMars a été lancée avec succès le 14 mars depuis le Cosmodrome de Baïkonour.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Chaque année, une dizaine de satellites conçus sur le site cannois de Thales Alenia Space sont lancés et mis en orbite. Toutefois, le lancement de la sonde ExoMars qui s'est opéré le 14 mars depuis le Cosmodrome de Baïkonour revêt un aspect particulier. Onze ans après Cassini Huygens, qui avait atterrit sur Titan, "Thales Alenia Space [est] une fois encore au cœur de l'histoire de l'humanité, de son éternelle soif d'exploration et de son incessante quête sur l'origine de la vie", s'enthousiasme Walter Cugno, directeur du programme ExoMars. Le leader des satellites européen, dont le siège et l'un des sites industriels sont basés à Cannes est en effet le maître d'œuvre de ce programme russo-européen qui consiste à étudier l'atmosphère de la planète rouge et de démontrer la faisabilité de plusieurs technologies critiques pour les phases d’entrée dans l’atmosphère, de descente et d’atterrissage sur Mars. 

Le véhicule spatial est composé de deux modules, le TGO (Trace Gas Orbiter), fabriqué et intégré sur le site de Cannes, et l'EDM (Entry descent landing Demonstrator Module), né sur le celui de Turin. Au total, 134 compagnies du spatial participent à cette mission au travers d'un consortium d'industriels européen. 
ExoMars atteindra la planète rouge après un voyage de presque 7 mois. Le 16 octobre 2016, le module de descente va se séparer du module orbital. Après une phase de roue libre de 3 jours, il atteindra les limites de l’atmosphère martienne, point situé approximativement à 120 km de la surface. 
Une seconde mission, programmée pour 2018, comportera un « rover » européen capable de prélever des échantillons de terrain jusqu’à une profondeur de deux mètres et d’analyser leurs propriétés chimiques, physiques et biologiques. L'objectif in fine étant de découvrir des traces de vie sur Mars.

Parmi les premiers employeurs privés de la Côte d'Azur avec plus de 2.000 personnes, Thales Alenia Space a construit depuis 35 ans plus de 100 satellites et participé à quelques 400 programmes spatiaux. Si le segment télécommunications représente les deux-tiers de son activité, l'observation de la Terre (et d'au-delà) monte en puissance. La firme revendique plus de 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires.

A lire également :
Thales Alenia Space remporte un contrat de 450 M€
L'observation de la Terre, l'autre relais de croissance de Thales Alenia Space

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail