Bretagne

Bretagne : LGV : le plan de la SNCF « en phase » avec celui d'Investir en Finistère

Par J.M.L.D., le 12 juin 2015

SNCF Réseau a fait connaître ses conclusions après le débat public concernant le projet « LNOBPL » (Lignes nouvelles Ouest Bretagne Pays de la Loire) qui s'est tenu fin 2014. Des conclusions qui sont « en phase » avec celles d'Investir en Finistère, l'agence de développement finistérienne qui propose un scénario alternatif incluant une « boucle bretonne ».
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Jean-Paul Kerrien, le président d'Investir en Finistère, se félicite que le projet de LNOPBPL de SNCF Réseau aille dans le sens des souhaits d'Investir en Finistère, qui préconise de longue date un scénario alternatif incluant une « boucle bretonne » à grande vitesse qui placera, à terme, Brest et Quimper à 3h de Paris. 

Etudes complémentaires
« D’abord, et l’on peut s’en réjouir dans le contexte de raréfaction des finances publiques et de remise en cause de projets de lignes nouvelles au profit de la rénovation du réseau, le projet se poursuit», déclare le président dans un communiqué. «Ensuite, il est décidé de mener des études complémentaires afin de mieux intégrer l’ensemble des besoins de mobilité, aux différents échelons géographiques, et donc de réfléchir de façon prospective aux lignes nouvelles que cela peut nécessiter. Le besoin d’amélioration de l’accessibilité de la pointe bretonne est également souligné, tout comme l’optimisation des liaisons entre Rennes et Nantes. Cela va dans le sens de la proposition d’Investir en Finistère qui, dans son scénario alternatif ambitieux, propose de construire une boucle bretonne complète, améliorant sensiblement la liaison entre Brest et Quimper (et donc Brest et Nantes) à l’Ouest et entre Rennes et Nantes à l’Est», poursuit-il.

« Accorder le délai nécessaire à un projet ambitieux»
« De nouvelles études vont demander du temps. Mais il faut avoir en tête qu’un projet de ce type est de toute
façon à échéance 15/20 ans et engagera a minima les 50 prochaines années. Nous considérons donc qu’il faut
accorder le délai nécessaire à bâtir un projet ambitieux, qui relie de façon efficace la pointe Bretagne aux
grandes destinations régionales et nationales et favorise également la connexion entre le Nord et le Sud
Bretagne. En 2017, Brest et Quimper seront à 3h30 de Paris : c’est déjà une avancée significative».

Investir en Finistère associé « plus largement » aux nouvelles études
Le président se félicite par ailleurs que la SNCF souhaite associer davantage Investir en Finistère au projet : « . SNCF Réseau exprime également la volonté d’associer plus largement à ces nouvelles études les différents acteurs et le grand public. Nous nous en réjouissons dans la mesure où notre demande de faire partie du comité de pilotage nous avait été jusqu’à présent refusée. Nous saurons être un partenaire actif et constructif dans cette nouvelle phase qui s’ouvre et faire entendre la voix de la pointe Bretagne». 

Lire aussi : 
> Investir en Finistère. Un scénario alternatif pour la LGV Bretagne Pays de la Loire

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition