Hôtellerie

Infographie Avec la canicule, les hôtels français retrouvent des couleurs

Par Stéphane Vandangeon, le 24 août 2022

Bel été pour les hôtels français qui retrouvent presque le niveau d’activité qui était le leur avant la crise sanitaire. Pour autant, le Covid continue de laisser des traces, avec des inquiétudes sur la capacité d’une partie des professionnels à rembourser leur PGE.

Par rapport à l’été 2021, les taux d’occupation des hôtels sont en hausse de 14 %, les prix moyens de 22 %.
Par rapport à l’été 2021, les taux d’occupation des hôtels sont en hausse de 14 %, les prix moyens de 22 %. — Photo : Tiberius Gracchus

Les hôtels français sont en train de tirer un trait sur le Covid. Du moins au niveau de leur activité. Une étude de MKG Consulting révèle que les performances hôtelières tricolores durant cet été sont très largement supérieures à celles enregistrées la saison dernière. Les taux d’occupation sont en hausse de 14 %, les prix moyens de 22 % (les données portent du 1er juillet au 16 août).

Photo : Le JDE

Ces résultats permettent aux hôtels français de retrouver peu ou prou leur activité d’avant crise. Cette année, en province, la fréquentation estivale est seulement inférieure de 0,7 % à celle de la saison 2019. Elle est même supérieure dans trois régions (Centre Val-de-Loire, Bourgogne-Franche-Comté et Auvergne-Rhône-Alpes). De son côté, Paris a connu un fort afflux de clientèle, permettant à la capitale de dépasser en juillet de 0,3 % son niveau d’avant crise. Le regain est un peu moins marqué dans le reste de l’Île-de-France, avec un écart encore de 3 % de la fréquentation entre l’été 2022 et l’été 2019.

Le grand retour des Américains

Ce rebond de la fréquentation s’explique, selon MGK Consulting, par une météo favorable et le retour de la clientèle étrangère. Si les Russes et les Chinois viennent toujours à manquer, les Européens sont venus plus nombreux tandis que les Américains "signent leur grand retour".

La réapparition d’une clientèle étrangère, notamment haut de gamme, profite aux hôtels cinq étoiles, qui ont vu leur fréquentation bondir de 40 % cet été par rapport à l’an passé avec des prix moyens qui ont progressé de près de 43 %.

Photo : Le JDE

La hausse des tarifs concerne toutes les catégories d’hôtels et toutes les régions de France. Elle est particulièrement forte - supérieure à 30 % comparée à 2019 - dans la Région Sud et en Île-de-France et s’explique par l’inflation générale ainsi que par les difficultés de recrutement du secteur qui se sont traduites par des revalorisations salariales.

Entre les hausses des prix et de la fréquentation, le RevPar (revenu par chambre disponible) progresse de 22 % par rapport à 2019 et s’établit désormais à 88 euros.

Inquiétudes sur les PGE

Si les indicateurs de la performance hôtelière sont au beau fixe, l’épisode du Covid continue de nourrir des inquiétudes au sein des entreprises du secteur. En cause : le remboursement des PGE. Une enquête réalisée au début de l’été par la CPME et l’UMIH auprès de 1 400 entreprises de l’hôtellerie et de la restauration assure qu’un quart des chefs d’entreprise estime ne pas être en mesure de rembourser ce prêt bancaire.

Reste à savoir si ce premier bilan de la saison 2022 et une arrière-saison prometteuse, avec des niveaux de réservation supérieurs d’environ 10 points à ceux de l’an passé, permettront aux hôteliers de définitivement tourner la page du Covid.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition