Angers : Denis Griffon aux commandes du parc Terra Botanica dès janvier

Par B.H., le 28 novembre 2014

Peinant à trouver son modèle économique, Terra Botanica avait besoin de changement. C’est Denis Griffon qui vient relever le défi de relancer le parc du végétal. Ce Choletais, qui a grandi à La Séguinière, entrera en fonction officiellement au premier janvier, date du changement de structure juridique du parc. Il s'installe à un poste laissé en jachère depuis deux ans.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Passant de Société d’économie mixte à Groupement d’intérêt public, Terra Botanica bénéficiera ainsi d’une structure plus souple, toujours sous la houlette du Conseil Général, qui sera sans doute rejoint par d’autres collectivités.

À 46 ans, Denis Griffon s’est forgé au fil des ans une carrière professionnelle originale. D’abord journaliste pour le groupe Alouette, il a rapidement bifurqué vers la communication. Directeur de la communication de la région Pays de la Loire en 1998, sous la présidence de François Fillon, il devient ensuite directeur de cabinet jusqu’en 2004. Après un détour par le monde de l’industrie, il crée en 2007 TV Vendée, dont il est le directeur jusqu’en 2010. Il retourne ensuite vers des fonctions plus politiques et devient directeur de cabinet de Bruno Retailleau, président du Conseil Général de Vendée. « Ces expériences multiples me permettent de connaître à la fois les rouages des institutions, le développement de projets d’envergure comme TV Vendée ou le Vendée Globe que j’ai piloté, ainsi que le monde de la communication - un point essentiel pour le parc, souligne-t-il. C’est un atout qui, je crois, a compté dans mon recrutement. » Conscient des défis à relever, il travaille déjà sur différents projets pour l’année 2015.

En 2013, Terra Botanica a enregistré 191.000 entrées, dont 161.000 payantes, alors que le parc en espérait 240.000.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises