Transport

Alstom acte son rapprochement avec Siemens

Par La rédaction, le 27 septembre 2017

Les conseils d’administration du Français Alstom et de l'Allemand Siemens ont acté le 26 septembre au soir le projet de rapprochement entre les deux géants du ferroviaire. La nouvelle entité devrait peser plus de 15 milliards d’euros de chiffre d'affaires.

Photo : DR

Une alliance qui « fera émerger un champion franco-allemand de la construction et de la signalisation ferroviaires ». C'est en ces termes que le ministère de l'Economie présente le projet de rapprochement annoncé le 26 septembre au soir par les géants français et allemand du secteur, Alstom (2,3 milliards d’euros de CA en 2015/16) et Siemens. Les conseils d’administration des deux groupes ont en effet approuvé le principe d’un apport par Siemens de ses activités de mobilité à Alstom, en contrepartie d’une prise de participation de 50% au capital du nouvel ensemble, décrit un communiqué. La nouvelle entité réalisera un chiffre d’affaires de plus de 15 milliards d’euros et bénéficiera d’un carnet de commandes approchant les 60 milliards d’euros. Au total, la nouvelle entité regroupera 62 300 salariés dans plus de soixante pays.

La question du maintien des emplois

Pour Laurent Degallaix, président de Valenciennes Métropole et maire de Valenciennes, ville près de laquelle se trouve le site Alstom de Petite-Forêt (1.200 salariés), le projet « apparaît comme une réelle opportunité (pour Alstom) pour continuer de peser dans la compétition internationale ». « Il s'établit sur la base d'engagements qui doivent permettre de consolider la compétitivité et la capacité d'innovation de l'équipementier ferroviaire français et donc de gagner des parts de marché dans le monde », argue l'édile, cité dans un communiqué.

Même son de cloche en Alsace, qui accueille le site Alstom Transport de Reichshoffen (Bas-Rhin, 900 salariés) . « Ce rapprochement est porteur de perspectives pour l'industrie ferroviaire européenne mais doit aussi nous mobiliser pour préserver les emplois et les savoir-faire industriels sur notre territoire national », a commenté Fabienne Keller, sénatrice du Bas-Rhin, dans un communiqué. « J'ai demandé à rencontrer Bruno Le Maire (ministre de l'Economie, NDLR) pour lui partager la mobilisation et la détermination des élus alsaciens sur l'avenir du site et le maintien des emplois à long terme », appuie-t-elle.

Le groupe Siemens, qui emploie 2 000 personnes en Alsace principalement à Haguenau dans son usine de production d’instruments et d’analyseurs de process industriels, a annoncé le maintien des emplois en France pendant quatre ans, ainsi que le maintien des sites et des activités de R&D de la future entité sur le territoire français. L’opération de rapprochement devrait être réalisée fin 2018.

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture