France

Énergie

470 millions d’euros pour relancer la filière nucléaire tricolore

Par Florent Godard, le 17 décembre 2020

L’Etat prévoit une enveloppe spécifique pour le nucléaire dans son plan de relance. Des subventions soutiendront notamment les projets de modernisation, de développement et de relocalisation de cette industrie.

Les quatre réacteurs de la centrale de Cattenom.
Le volet nucléaire du plan de relance prévoit, entre autres, la mise en place d'un fonds de capital-investissement d'ici à l'été prochain. — Photo : Ioanna Schimizzi

Dans le cadre du plan de relance, l’Etat va débloquer 470 millions d’euros pour le nucléaire, une industrie qui représente 2 600 entreprises et 220 000 emplois directs et indirects dans l'Hexagone. Cette aide va notamment prendre la forme de subventions à « des projets de modernisation, développement ou relocalisation de sites industriels au service de la filière électronucléaire ». La R&D s’attaquant à des verrous technologiques pour concevoir et intégrer les solutions de l’usine du futur - usine connectée, jumeaux numériques, impression 3D, etc.- y sera également éligible. 

Demandes de subvention avant mi-2021

Pour en bénéficier, les entrepreneurs peuvent candidater à l’appel à projets lancé par l’Etat, jusqu’au 1er juin 2021. Les dossiers seront relevés à cette date, mais aussi en amont, les 26 janvier et 31 mars prochains.

Aide aux projets de plus de 200 000 euros

Le cahier des charges dévoilé pose plusieurs conditions. Tout d’abord, le projet doit s’élever au minimum à 200 000 € d’investissement. Il devra être réalisé en France et ne pas être engagé avant l’accusé réception du dossier de demande complet.

Capital-investissement

Au-delà de cet appel à projets, le volet nucléaire du plan France Relance prévoit une batterie d’outils. Comme la création d’un fonds de capital-investissement l’an prochain. Doté de 200 millions d'euros par l’État et EDF, il servira « à consolider l’actionnariat et à accompagner les augmentations de capital » des PME  et des ETI.  Un moyen de les renforcer et d'appuyer leur croissance.

Formation

L’exécutif ajoute un mot sur l’humain, en évoquant « le renforcement des compétences ». Il s’agira de soutenir « les initiatives de formation et d’excellence (…) dans les métiers critiques, comme le soudage ». Il faudra toutefois attendre début 2021pour connaître les modalités d’application de cette mesure.

Les 470 millions d’euros financeront bien d’autres choses encore : des projets pour développer des solutions complémentaires pour la gestion des déchets, jusqu’au financement d’études pour la conception de centrales de petite taille et le technocentre de Fessenheim dédié au recyclage de métaux…

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition