Quimper

Numérique

Xandr : ils contrôlent la pub sur internet depuis Quimper

Par Isabelle Jaffré, le 17 janvier 2019

Nicolas Thomas est le cofondateur d’Alenty à Quimper. La société spécialisée dans la mesure de la publicité sur internet appartient désormais au géant américain des télécoms AT&T mais garde son ancrage local. Elle étend aujourd'hui son champ d'activité et recrute.

L'équipe de Xandr à Quimper.
Pour l'équipe de Xandr (ex-Alenty) à Quimper, l'intégration au géant américain des télécoms AT&T change "assez peu de choses", si ce n’est une augmentation de ses moyens. — Photo : © DR

Quand le géant américain des télécoms AT&T (268 000 salariés, 133,2 Md€ de CA) rachète la licorne américaine Appnexus (1 000 salariés, environ 2 Md de dollars de CA), on est loin d’imaginer les conséquences de l'opération... à Quimper. Pourtant c’est là qu’est basée une équipe R&D de 15 ingénieurs en informatique, spécialiste de la mesure du temps passé sur une publicité. À sa création en 2007, cette équipe est celle de la start-up Alenty. Elle a été rachetée en 2014 par Appnexus et vient donc d'intégrer Xandr, la filiale publicitaire d’AT&T qui entend bien concurrencer Google et autres Facebook dans ce domaine.

Un changement dans la continuité cependant pour les Finistériens. « Cela change assez peu de choses pour nous, si ce n’est qu’on a plus de moyens ! », se félicite le cofondateur, Nicolas Thomas, installé désormais à Londres, mais qui pilote toujours les bureaux quimpérois. Car au fil des années, les ingénieurs finistériens continuent d’innover et d’élargir leurs domaines d’expertises, qui font d’eux une équipe reconnue au sein de la firme américaine.

Lutte contre la fraude

Nicolas Thomas.
Nicolas Thomas. - Photo : © DR

En effet, c’est à Quimper qu’est géré le traitement des publicités vidéo qui apparaissent avant un contenu. « C’est le format de publicité le plus cher sur internet. Très difficilement évitable, le contenu doit être de qualité pour éviter que l’internaute ne passe à autre chose. Les vidéos coûtent donc très cher à produire, explique le dirigeant. Nous mesurons l’audience, nous nous assurons que la vidéo se charge bien. Nous assurons la plateforme technique là-dessus pour nos clients. »

Un autre domaine développé par les ingénieurs de Xandr à Quimper est la fraude. « Le secteur de la publicité brasse beaucoup d’argent, il attire donc les fraudeurs sur les campagnes rémunérées au nombre de clics notamment. On développe des solutions pour détecter les "faux clics". Notre travail est d’assurer à l’annonceur que c’est un "vrai" humain qui a vu sa publicité », explique Nicolas Thomas.

Recrutements

La prochaine étape pour Xandr Quimper est la détection de contenu haineux. « On sait déjà repérer certains contenus que les annonceurs ne veulent pas. Typiquement la pornographie, ou encore les contenus pour enfants pour un annonceur qui vendent de l’alcool. C’est assez simple à faire. Mais aujourd’hui, nous avons des demandes plus complexes pour éviter les sites au contenu haineux. C’est plus compliqué à détecter de façon systématique car une partie de ses sites se dissimulent. Il faut trouver des tendances, des logiques. » Pour attaquer ce nouveau défi, Xandr recherche des ingénieurs informaticiens mais aussi un nouveau profil : les "data scientists", capables de trouver ces logiques grâce à des algorithmes.

L'équipe de Xandr à Quimper.
Pour l'équipe de Xandr (ex-Alenty) à Quimper, l'intégration au géant américain des télécoms AT&T change "assez peu de choses", si ce n’est une augmentation de ses moyens. — Photo : © DR

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.