Brest

Énergie

Vents porteurs pour le prototype d'éolienne flottante d'Eolink

Par Jean-Marc Le Droff, le 30 juin 2020

Après avoir levé 1 million d'euros en 2017 pour développer et valider son prototype d'éolienne flottante à l'échelle 1/10e, Marc Guyot, fondateur de l'entreprise brestoise Eolink, vient de boucler un second tour de table d'1,2 million d'euros pour construire un nouveau démonstrateur à l'échelle 3/4. Haut de 150 mètres, il devrait être capable de produire 5 mégawatts.

Après avoir validé son concept d'éolienne flottante avec un prototype à l'échelle 1/10ème, Eolink travaille actuellement sur un nouveau démonstrateur à l'échelle 3/4.
Après avoir validé son concept d'éolienne flottante avec un prototype à l'échelle 1/10ème, Eolink travaille actuellement sur un nouveau démonstrateur à l'échelle 3/4. — Photo : © Eolink

« L’innovation majeure de notre concept réside dans la pyramide qui supporte notre turbine et qui permet de mieux répartir les efforts. La structure est ainsi plus légère et plus résistante dans le temps », entame Marc Guyot, qui a créé Eolink à Brest en 2015, pour développer son idée d’éolienne flottante. « La structure est aussi conçue pour être fabriquée en série dans les chantiers navals », poursuit-il. Un moyen de faciliter l’industrialisation et le transport de la base flottante de son concept : une plateforme semi-submersible qui s’inspire d’une technologie utilisée dans le secteur parapétrolier.

Levée de fonds d’1,2 million d’euros

De quoi, aussi permettre de voir plus grand. « Ce système de fondations flottantes amarrées au fond de la mer est capable de supporter des structures beaucoup plus grosses que ce qui se fait actuellement dans l’éolien », argumente ainsi le chef d’entreprise, qui vient notamment de recevoir le soutien du ministère de la Transition écologique et solidaire. « Nous anticipons des turbines de 15 et 20 mégawatts unitaires, là où la concurrence est d’ores et déjà bloquée par des contraintes mécaniques », souligne celui qui table sur des prix oscillant entre 30 à 40 € du mégawattheure d’ici 2030, contre 44 à 60 € du mégawattheure pour les meilleurs parcs éoliens en mer.

De quoi, enfin, séduire les investisseurs. Car après avoir levé près d’1 million d’euros en 2017 pour développer et valider son prototype d’éolienne flottante à l’échelle 1/10e, Marc Guyot, qui a embauché six collaborateurs depuis l’été 2019, vient de boucler un second tour de table d’1,2 million d’euros, auquel prennent notamment part Force 29, Breizh Up, les Finistère Angels et Bpifrance. Objectif : construire un nouveau prototype à l’échelle 3/4, haut de 150 mètres et capable de produire 5 mégawatts qui devrait être mis à l'eau courant 2022. 

Après avoir validé son concept d'éolienne flottante avec un prototype à l'échelle 1/10ème, Eolink travaille actuellement sur un nouveau démonstrateur à l'échelle 3/4.
Après avoir validé son concept d'éolienne flottante avec un prototype à l'échelle 1/10ème, Eolink travaille actuellement sur un nouveau démonstrateur à l'échelle 3/4. — Photo : © Eolink

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail