Maritime

Un nouvel Institut pour la Transition écologique et énergétique du Maritime pour penser les navires de demain

Par Isabelle Jaffré, le 16 février 2022

La création d’un Institut pour la Transition écologique et énergétique du Maritime (T2EM) vise à accompagner le déploiement de navires concepts qui embarqueront énergies décarbonées et technologies alternatives. Piloté par le Cluster Maritime Français, il sera basé à Marseille mais aussi en Pays de la Loire.

Energy Observer 2, le navire de charge zéro émission.
Energy Observer 2, le navire de charge zéro émission. — Photo : Energy Observer - Kadeg Boucher / JB Epron Design

L’État et la filière maritime regroupée autour du Cluster Maritime Français (CMF), annoncent la création d’un Institut pour la Transition écologique et énergétique du Maritime (T2EM) pour accompagner les choix de transition avec le déploiement de navires concepts qui embarqueront énergies décarbonées et technologies alternatives.

"La France doit se fixer des objectifs clairs et partagés dans la filière afin d’accélérer les synergies sur toute la chaîne de valeur", a expliqué Frédéric Moncany de Saint-Aignan, président du CMF, lors de l'annonce de la création de l'institut appelé "MEET2050" (pour "Maritime Eco-Energy Transition towards 2050") à l’occasion du One Ocean Summit qui se tenait à Brest du 9 au 11 février. "Cet institut sera une structure légère pour (...) coordonner les centres et instituts de recherche existants avec l’objectif de sortir d’ici à 2030-2035 (…) neuf navires concepts (...) dans le cadre d’un grand plan à 1,5 milliard d’euros qui mobilisera financements publics et privés."

Déjà des navires en projet

La transition écologique et énergétique a déjà commencé dans le monde maritime. Lors du One Ocean Summit était présent dans le port de Brest le premier navire au gaz naturel liquéfié (GNL) de Brittany Ferries (2 474 salariés, 202,4 M€ de CA), le Salamanca. Le navire, à son entrée en service le 27 mars prochain, opèrera sur les lignes Royaume-Uni - Espagne avec une escale hebdomadaire à Cherbourg. "Nous allons […] vous aider à franchir l'étape supplémentaire qui est d'aller vers les navires zéro émission", a expliqué le président de la République à la filière maritime lors de sa visite du navire.

L’un de ces premiers navires zéro émission coordonnés dans le cadre de MEET2050 a en effet été présenté par Victorien Erussard, fondateur d’Energy Observer, basé à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine). Prévu pour 2025, l’Energy Observer 2 est le premier navire cargo polyvalent zéro émission propulsé par de l’hydrogène liquide et disposant d’une assistance vélique. Il est issu d’un partenariat industriel notamment autour d’Air Liquide pour la production et le stockage d’hydrogène vert et EO Dev, filiale d’Energy Observer, pour la partie pile à combustible.

Premier site à Marseille chez CMA CGM

Premier port d'attache pour l'institut MEET2050 : le Tangram, un centre de formation et d’innovation que le géant français du transport maritime et de la logistique CMA CGM construit actuellement à Marseille. Un lieu qui aura pour mission de créer "le transport et la logistique durables de demain", et qui accueillera scientifiques, start-up, collaborateurs, partenaires et grands groupes. Ce hub "MEET2050 @Tangram" de l’institut sera concentré sur la partie Opérations maritimes, logistiques et portuaires, avec la présence d’un écosystème régional qui sera renforcé par ce projet.

Un futur hub de l'institut devrait être installé dans les Pays de la Loire. Il sera concentré sur l'ingénierie maritime et les innovations technologiques, en profitant de l'écosystème autour des chantiers de construction, des bureaux d'étude, des centres de R&D, des universités et des écoles d'ingénieurs.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition